Archives de catégorie : Viande, boulettes

Yakitori de canard au poivre sansho

Les yakitori sont des brochettes grillées traditionnellement réalisées avec du poulet mariné dans une sauce teriyaki. C’est un grignotage très populaire à l’apéritif au Japon, où on trouve des restaurants à yakitori partout, mais aussi des yakitori bars.
Les Yakitori peuvent être servis à table, mais dans les bars ils sont simplement consommés comme accompagnement de l’apéro. Les japonais aiment sortir boire un verre après le travail, et il parait que les bars à yakitori sont parmi les endroits les plus populaires pour sortir.
Beaucoup de yakitori bars cuisent leur poulet sur un gril de charbon de bois, et les odeurs savoureuses de viande grillée et de fumée se diffusent dans la rue et attirent  les clients… Je n’ai pas encore pu le vérifier par moi-même, mais visiter le Japon est mon rêve donc j’espère aller tester ça par moi-même un jour !

Pour ceux qui comme moi n’ont pas la chance de vivre au Japon, mais aiment manger des yakitori de temps à autre, je vous propose de faire vos yakitori vous mêmes. C’est très simple à faire, et vraiment délicieux! Faites vos yakitori sur un barbecue si vous le pouvez; c’est comme ça qu’ils sont meilleurs. Sinon, la recette que je vous propose se réalise très facilement à la poêle.
brochette-yakitori-2

Pour donner une autre dimension à ce classique  de la gastronomie japonaise, je vous propose de réaliser aujourd’hui des yakitori de canard! Le canard a une viande bien grasse et savoureuse qui se prête très bien à la cuisson grillée et à la sauce légèrement sucrée des yakitori.

Pour apporter une touche vraiment surprenante à ces brochettes, j’ai choisi de les saupoudrer de poivre sansho du Japon. Le poivre sansho est une épice vraiment très particulière. On ne devrait même pas l’appeler poivre tant sa saveur est éloignée des autres poivres! Ces petites baies vertes ont une saveur citronnée et mentholée vraiment délicieuse et qui se marie à la perfection avec la cuisine asiatique.

Si vous n’avez jamais testé cette épice, vous pouvez la découvrir chez David Vanille, un découvreur d’épices qui l’a dénichée et ramenée spécialement pour nous! Je peux vous dire que la qualité de ses épices est bluffante et que je je vais désormais mettre de ce poivre un peu partout!
  brochette-yakitori-3
P.S. : Si vous voulez faire un menu à thème vanille, accompagnez ces brochettes de ma purée à la vanille!

Yakitori de canard au poivre sansho

  • 400 g d’aiguillettes de canard
  • 10 cl de sauce soja
  • 3 gousses d’ail
  • 1 à 2 cm de gingembre selon le piquant désiré
  • 1 c. à s. de sucre
  • 2 c. à s. de miel
  • 2 c. à s. de mirin ( vinaigre japonais)
  • 1 c. à  s. de poivre sansho du Japon

Mélangez tous les ingrédients de la sauce : l’ail haché, le gingembre râpé, la sauce soja, le miel, le vinaigre, le sucre.
Disposez les aiguillettes dans un plat large et peu profond puis versez la marinade par dessus et mélangez pour que la marinade soit bien répartie sur la viande.
Couvrez de film alimentaire et laissez mariner au frais pendant 2 à 3 heures.

Égouttez les aiguillettes, récupérez la marinade dans un bol. Coupez les aiguillettes en deux dans le sens de la longueur afin d’obtenir deux fines moitiés d’aiguillettes.
Piquez-les sur des pics à brochettes en piquant par alternance la viande pour obtenir des « vagues ». Mettez à la suite deux 2 moitiés d’aiguillette par brochette.
Recouvrez légèrement de sauce et poivrez généreusement à l’aide du poivre sansho.

Faites chauffer une grande poêle ou un grill.
Disposez les brochettes, et laissez griller sur feu moyen environ 5 minutes.
Lorsque la première face est bien colorée, retournez-les et poursuivez la cuisson. Répétez l’opération jusqu’à épuisement des brochettes.
Dans une petite casserole, faites chauffer le reste de marinade afin qu’elle réduise et devienne sirupeuse.
Pour le service, remettez un tour de moulin de poivre sansho et accompagne avec la sauce.
brochette-yakitori

Dorade au four à la tapenade

Le poisson est assez peu représenté sur mon blog. Je vous propose parfois des petites tartinades à la sardine certes, mais j’avoue que je cuisine assez peu le poisson au quotidien !

Pourtant j’aime ça… Mais j’ai peur de mal le choisir, de mal le préparer, de trop le cuire… Et puis j’aime les produits qui se conservent longtemps, car j’ai beau planifier mes menus, je ne respecte jamais lesdits plannings et il se passe parfois une semaine avant que je mange ce que j’avais prévu! Voilà pourquoi je mange plus souvent le poisson au restaurant qu’à la maison.

dorade-tapenade

Mais voilà, j’aime me lancer des défis et aller contre ma nature, donc je m’étais promis de réaliser un plat de poisson classique cette année… Le voici!

Le hic, c’est qu’en achetant ces belles dorades, j’ai oublié de demander à mon poissonnier de les préparer… Moi qui suis du genre à regarder Grey’s anatomy les yeux fermés, j’ai failli m’évanouir quand j’ai regardé une vidéo tutoriel sur le vidage de poisson !

Au final n’ayant pas le choix, je me suis fait violence et mon poisson étai très bien préparé. Voici donc la vidéo qui m’a aidée, au cas où vous auriez le même souci que moi…
Quoi qu’il en soit, même si j’ai réussi cette épreuve, la prochaine fois je rendrai mon tablier et je laisserai faire mon poissonnier !

   dorade-tapenade-3

 Dorade au four à la tapenade

Pour 1 à 2 personnes

  • 1 dorade écaillée et vidée par votre gentil poissonnier
  • 1 c. à c.  de tapenade d’olives noires
  • 1 c. à c. de jus de  citron jaune
  • 1 branches de romarin
  • 1 branche de thym
  • 2 tomates cerises
  • Se, poivre
  • Huile d’olive
Préchauffez le four à 200°C .

Rincez votre dorades et essuyez-les fendez-les en eux dans l’épaisseur, puis mettez une cuiller à soupe de tapenade à l’intérieur de chacune afin de parfumer la chair du poisson durant la cuisson.
Placez-les tomates cerise coupées en deux sur chaque dorade
Disposez les 2 branches dans votre plat.
Ajoutez un filet d’huile d’olive et le citron sur vos dorades puis salez et poivrez à votre convenance.
Placez dans un plat à four et enfournez pour 30 minutes de cuisson.

dorade-tapenade-2

Boulettes au chou rouge et au paprika

Les boulettes font partie de mes recettes favorites à base de viande : elles offrent un terrain créatif très large, et se déclinent facilement avec tout et n’importe quoi ce qui en fait un super plat vide-placard!

La version que je vous propose aujourd’hui pourrait me venir d’une ancêtre polonaise : du paprika, du chou… Tout ce qu’il faut pour se réchauffer les soirs où il fait frisquet!

boulettes-chou-rouge

Mes grands-mères n’ont en réalité aucune origine polonaise, cette recette sort juste de mon esprit tordu affamé… Et le résultat est à la hauteur ! Ces boulettes accompagneront parfaitement du riz ou des pâtes.

boulettes-chou-rouge-3

Boulettes au chou rouge et au paprika

Pour 16 boulettes

  • 85 g de chou rouge en lanières
  • 1 oignon rouge émincé
  • 1 c. à .c de paprika
  • 1 pincée d’ail en poudre
  • 1 pincée d’oignon en poudre
  • 350 g de mélange haché bœuf porc
  • 1 c. à s. de persil frais haché
  • 1 œuf
  • 50 g de chapelure
  • 1 pincée de piment de Cayenne
  • Sel, poivre

Pour la sauce tomate

  • 1 boîte 400 g de pulpe de tomate
  • 1/2 c. à c. de paprika
  • 1 pincée d’ail semoule
  • 1/2 c. à c. sucre en poudre
  • 10 cl d’eau
  • 1 c. à s. de vinaigre balsamique
  • Sel poivre

Nettoyez le chou et coupez-le en lanières. Faites bouillir 1 litre d’eau et faites cuire le chou 15 minutes environ puis égouttez-le et réservez.

Mélangez le paprika, la poudre d’ail, d’oignon, le sel, le poivre, l’oignon rouge émincé, la viande hachée,  l’œuf, la chapelure, le persil et le chou rouge.

Mélangez avec une fourchette ou pétrissez avec vos mains propres jusqu’à ce que tous les ingrédients soient bien mélangés.

Formez des boules et posez les dans un plat à gratin.

Préchauffez le four à 200°C.
Enfournez les boulettes pour 25 minutes.

Pendant ce temps, Réalisez la sauce tomate en mélangeant tous els ingrédients dans un saladier.

A 25 minutes de cuisson, sortez le plat du four. Versez dessus le mélange de sauce tomate.

Baissez le four a 180°C et laissez cuire pendant 30 minutes jusqu’à ce que les boulettes soient cuites.  Servez avec un filet de vinaigre balsamique, et saupoudré de paprika supplémentaire.

boulettes-chou-rouge-2

Source d’inspiration :
http://toriavey.com/toris-kitchen/2010/05/shiksa-unstuffed-cabbage/

Paupiettes de veau au chorizo

Si je ne mange que peu de viande ou même de charcuterie, il existe des exceptions qui me font immédiatement craquer pour un plat. Il suffit par exemple qu’il contienne du chorizo pour que j’aie immédiatement envie de me jeter dessus!

La préparation de la viande ne fait pas partie de mes points forts ni de mes préférences, et c’est souvent mon homme qui se lance sans la réalisation des cordons bleus, paupiettes et escalopes panées en tous genres!

 paupiette-veau-chorizo

C’est pourquoi quand j’ai vu cette recette sur le blog d’Isca, un blog que je lis quasi quotidiennement, je n’ai pas pu m’empêcher de lui faire suivre en espérant secrètement lui donner envie de la réaliser… Ça n’a pas raté car dès le week-end suivant mon homme a réalisé cette recette qui s’est avérée être un véritable régal!

Il a seulement ajouté quelques herbes à la recette d’origine, car nous mangeons généralement bien épicé, mais à part ça il est resté très proche de la recette d’origine.
Nul doute que nous referons cette recette souvent !

paupiette-veau-chorizo-2

P.S. : SI vous aimez le chorizo, découvrez cette compil de mes 6 recettes préférées au chorizo, ou encore ce livre d’une série que j’aime beaucoup :

Paupiettes maison - Variations gourmandes

 Paupiettes de veau au chorizo

Pour 2 personnes

  • 2 escalopes de veau
  • 1/2 mozzarella
  • 6 tranches de chorizo
  • 1 oignon
  • 1/2 gousse d’ail
  • 300 g de tomates pelées
  • 1 c. à c. de paprika doux
  • 4 olives noires
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 1/ 2 c. à c. Origan
  • 1 pincée de thym
  • 1 pincée de romarin
  • 1 feuille de laurier

Faites revenir l’oignon émincé dans l’huile chaude, ajoutez l’ail écrasé, le paprika et mouillez avec les tomates. Salez, poivrez et ajoutez les épices et les olives. Laissez mijoter tout doucement. Pendant ce temps, aplatissez les escalopes et garnissez chacune de 3 tranches de chorizo et d’une tranche de mozzarelle.

Roulez et maintenez avec un cure-dents. Déposez les paupiettes sur la sauce et laissez cuire une bonne demie heure. Salez et poivrez si nécessaire, retirez la feuille de laurier et servez.

 paupiette-veau-chorizo-3

Source d’inspiration :
http://cuisinedisca.blogspot.fr/2015/10/paupiettes-de-veau-au-chorizo.html

Spécialité autrichienne : Wiener schnitzel ou escalope viennoise

Connaissez-vous la wiener schnitzel? Dit comme ça vous pensez sans doute que c’est une recette obscure, mais une fois traduite, si je vous dis que ce n’est autre qu’une simple escalope viennoise, je pense que vous me direz tous que vous avez déjà goûté!
Cette spécialité adorée des enfants est aussi parfois nommée escalope milanaise, les deux pays s’en disputant la création… Mais il faut savoir qu’à l’époque où cette recette fut créée, la Lombardie où se situe Milan appartenait… à l’empire autrichien!
C’est donc finalement à Milan en Autriche que fut créée cette escalope! Aujourd’hui les deux pays continuent de les compter parmi leurs spécialités, et lors d’un voyage en Autriche j’ai pu constater qu’elle est à la carte de tous les restaurants et brasseries autrichiens!

 wiener-schnitzel-2

Maintenant que vous ayez envie de manger autrichien ou italien, pour la recette, c’est par ici!

Chez moi, c’est mon homme qui a réalisé cette délicieuse variante, trouvée sur marmiton et honnêtement, le résultat était aussi bon qu’à Vienne, quoi que moins gargantuesque : là bas ils servent souvent des escalopes qui débordent des deux côtés de l’assiette!

Cette escalope peut se réaliser à base de veau ou de porc. Notre version est au porc, mais vous pouvez sans souci le remplacer par du veau si vous préférez, l’essentiel étant de prévoir des tranches fines, pour garantir une cuisson homogène!

wiener-schnitzel
P.S. : Pour un repas à thème autrichien, complétez par ce délicieux dessert, la linzertorte!

 Wiener schnitzel

  • 4 escalopes de porc ou de veau
  • 2 œufs
  • 3 c. à c. de lait
  • 1 c. à c. d’huile
  • 200 g de farine
  • 150 g de chapelure, en rajouter si nécessaire
  • sel, poivre

Attendrissez les escalopes en mettant du film étirable dessus, puis en les passant au rouleau à pâtisserie ou en les tapant avec un maillet.

Mélanger les œufs, le lait, l’huile, le sel et poivre.

Passez les escalopes dans la farine, puis dans les œufs et pour finir dans la chapelure en appuyant pour que la chapelure tienne bien. Faites frire les escalopes dans de l’huile très chaude 2 à 3 min par côté.

 wiener-schnitzel-3
Source d’inspiration :

http://m.marmiton.org/recettes/recette_wiener-schnitzel-ou-escalope-viennoise_94252.aspx

Magret de canard teriyaki

J’ai eu l’occasion récemment de tester récemment un site internet au concept innovant et intrigant : Gustagora.com.
Le principe? C’est une épicerie fine en ligne, qui vous propose de vous livrer chez vous des produits de qualité, et même de la viande fraîche! Oui oui, vous avez bien entendu!
Le principe de commander de la viande en ligne peut en dérouter plus d’un j’en suis sûre, mais cela a attisé ma curiosité et je me suis donc lancée dans l’aventure!
D’abord côté site, l’avantage est bien sûr d’avoir un choix très large et constant!
Ensuite, côté transport, c’est là qu’on se demande comment ça se passe, et si la viande va bien être transportée dans le respect de la chaîne du froid… Le site vous livre en Chronopost ( dans un délai de 24 heures donc), dans un colis réfrigéré et bien isolé : des pains de glace entourés d’une cloison hermétique de polystyrène. Pour tout vous dire, les pains de glace n’avaient même pas commencé à dégeler quand j’ai reçu le colis, ce qui vous donne une idée de la température dans le carton! Le produit est arrivé donc bien frais, en très bon état, et avec une date limite de consommation assez longue pour avoir le temps de cuisiner mon produit tranquillement… Alors que parfois en magasin, j’achète une viande qui ne se garde pas plus de 2 jours!
Bref, j’ai été très contente de ma commande, mais encore me restait-il ensuite à  le cuisiner ce magret, et à le goûter! Et là non plus je n’ai pas été déçue! La viande était gouteuse, fondante et la texture était absolument parfaite! Je me suis régalée!
Le magret est un produit de fête (ou pas), dont je raffole. En hiver quand approche la saison des fêtes je m’empresse d’en cuisiner, accompagné pourquoi pas d’une purée de patates douces ou d’une sauce aux pain d’épices…
Mais quand arrive l’été, une version plus légère s’impose et la sauce teriyaki est alors parfaite! Cette sauce d’origine japonaise et souvent utilisée dans la préparation des brochettes de poulet s’accorde très bien avec les volailles en général. C’est une sauce facile et rapide à faire, aux accents asiatiques et à la note plutôt sucrée, qui se marie donc très bien avec le canard!
Le magret fait un aller retour dans la poêle à feu vif pour dorer en surface, puis il cuit un peu plus longuement une fois tranché, dans la sauce teriyaki directement. C’est à ce moment que vous prolongez la cuisson suivant votre préférence pour obtenir un magret cuit exactement comme vous aimez! Je ne saurais que vous recommander de ne pas trop prolonger la cuisson, c’est une viande qui est délicieuse quand elle reste rosée à cœur…
Servez ce plat de canard avec du riz basmati cuit avec des petits légumes, ça sera parfait!
 magret-teriyaki-2

 Magret de canard teriyaki

  • 1 gros magret (450g)
  • 10 cl de sauce soja
  • 90 g de cassonade
  • 1 gousse d’ail émincée
  • 1  c. à s. de gingembre râpé
  • Sel, poivre

Préparez le magret : enlevez la majorité du gras sur la face blanche à l’aide d’un couteau, mais laissez-en un peu quand même, qui servira de matière grasse pour la cuisson. Ensuite à l’aide d’un couteau faites des incisions régulières dans le côté gras, dans un sens puis dans l’autre pour obtenir un damier.

Salez et poivrez chaque face généreusement et massez un peu la viande pour que le sel et le poivre adhèrent bien.

Préparez la sauce teriyaki en mélangeant tous les ingrédients.

Faites chauffer une poêle à feu vif, puis saisissez le canard 2 minutes par face, et retirez-le du feu. Baissez le gaz à feu moyen-doux, versez la sauce et faites la bouillir.  Une fois qu’elle est à ébullition prolongez d’une à deux minutes la cuisson, de façon à la faire épaissir à votre goût.

Pendant ce temps, tranchez le canard en tranches d’environ 1 cm d’épaisseur.

Déposez les tranches dans la poêle avec la sauce, et faites cuire en remuant et en surveillant pendant 1 à 3 minutes pour que le canard soit bien enrobé de la sauce et atteigne la cuisson que vous aimez.

Servez bien chaud avec du riz.

magret-teriyaki

Source d’inspiration :
http://www.itsnotrocketsalad.com/teriyaki-duck-breast-recipe/

Spécialité russe : Boeuf Stroganov

Si le bœuf Stroganov (ou Stroganoff) est un plat ancien que tout le monde connait, c’est également un plat qui divise sur sa composition, car celui-ci a évolué de différents manières aux quatre coins du monde.
Son origine russe ne fait aucun doute, mais ce plat s’est ensuite diffusé en Europe, en Asie, aux état-unis, et chaque zone géographique a développé sa propre version du plat!
boeuf-stroganov-4
Si la recette historique comportait des cubes de bœuf, de la moutarde et un peu de crème aigre, en Europe de nombreuses variantes sont venues y ajouter des oignons, de la tomate et des pommes de terre, alors qu’en Asie il est servi avec du riz et sans la crème aigre.
Aux États-Unis, il a dérivé au niveau des cubes de bœuf, qui sont devenues des lamelles, et des champignons et oignons y ont été ajoutés. Là bas, il est généralement servi avec du riz ou des pâtes. C’est aujourd’hui le bœuf Stroganov façon américaine que je vous propose de découvrir, car je suis une grande amatrice de champignons, c’est donc cette version qui m’a immédiatement séduite!
boeuf-stroganov-3
Ne vous y trompez pas. ce plat façon grand-mère est simple à faire, peu coûteux, et incroyablement savoureux. C’est réellement une recette qu’il vous faut tester d’urgence et transmettre à vos enfants, petits enfants, en vous inventant un ancêtre russe si besoin!
Avec cette recette, je participe au défi « recettes de grand-mères » du site recettes.de:
 boeuf-stroganov-2
 P.S. : Pour continuer votre découverte de la cuisine russe, tentez les belyachi!

Boeuf Stroganov

Pour 4 personnes

  • 1 c. à s. d’huile
  • 15 g de beurre
  • 1 oignon finement émincé
  • 250 g de champignons
  • 500 g de bifteck coupé en gros dés ou lamelles
  • 7.5 cl de vin blanc
  • 12 cl de bouillon de bœuf
  • 1 feuille de laurier
  • 1 c. à c. de moutarde à l’ancienne
  • 2 gousses d’ail hachées
  • 1/2 c. à c. de paprika
  • 20 cl de crème fleurette
  • 3 c. à c. de persil haché
  • Sel, poivre
 Chauffez l’huile et le beurre dans une poêle à fond épais et faites cuire l’oignons, l’ail et les champignons à feu moyen-doux pendant 7-10 minutes. Retirez et mettre de côté. Ajoutez le bifteck dans la même poêle et faites-le frire rapidement à feu vif pendant 3 à 5 minutes.

Ajoutez le vin blanc et poursuivez la cuisson jusqu’à ce que l’alcool soit évaporé, ajoutez alors le bouillon, la moutarde, le laurier, le paprika, le sel et le poivre. Raclez le fond de la poêle avec une spatule pour libérer tous les sucs, ils vont ajouter plus de saveur à la sauce. Faites revenir à la poêle pendant 3 minutes jusqu’à ce que tout soit bien chaud et que la crème fraîche bouillonne. Retirez du feu et ajoutez le persil et champignons. Mélangez et servez sur des pâtes ou du riz.

 

boeuf-stroganov

Spécialité de Suède : Kottbullar

Aujoud’hui, ma résolution est de vous emmener en Suède. La Suède est un pays que j’adore et j’ai passé quasiment tout 2014 à me dire que je voulais me consacrer à la cuisine suédoise, d’autant plus que je possède quelques livres de cuisine sublimes ramenés de là-bas. Je ne pense pas vous avoir parlé de ma lubie collection : je ramène systématiquement un livre de cuisine de chaque pays ou ville que je visite. La plupart du temps j’arrive à trouver des livres traduits en anglais ou même parfois en français, mais des fois c’est plus complexe et je vous avoue qu’il m’arrive de taper du portugais frénétiquement dans Google translate avant de pouvoir enfin cuisiner!

Mais j’aime ce principe, j’ai l’impression de ramener un souvenir vraiment utile, joli et qui me permettra de découvrir la cuisine telle que les gens du pays la cuisinent vraiment!

Parfois, cela amène par contre quelques complications pour trouver des librairies, car figurez-vous qu’il existe des villes, même plutôt grandes, qui n’ont pas de librairie et encore moins de librairie multi langages. C’est par exemple le cas de Las Vegas : alors oui c’est un un temple de la débauche et les gens y viennent uniquement pour boire, parier ou se marier avec un sosie raté d’Elvis Presley comme prêtre, mais enfin quand même, c’est une ville de plus de 600.000 habitants! Moi qui adore les livres, je trouve inconcevable que personne là-bas ne ressente jamais le besoin d’en acheter un !

Après 5 jours de recherches acharnées, j’avais quand même fini par trouver un (mais vraiment un seul) livre de cuisine dans une boutique de style « Alice délice » et il s’avère que ce livre est vraiment génial, c’est ce qui compte ^^

kottbullar

En Suède, pas de pénurie de livres, j’en ai donc plusieurs – là-bas la pénurie se trouve plutôt au niveau de l’alcool, ce qui n’est pas pour me plaire franchement non plus – mais enfin, leur gastronomie et la beauté de leur pays compense la difficulté à se mettre une mine savourer un bon verre de vin.

Bref, je vous propose donc des kottbullar, ces jolies boulettes que beaucoup adorent acheter chez Ikea. En les faisant maison, vous ne serez pas tenté d’acheter un vase, une lampe clipsable et un tapis de salle de bains en même temps! La seule difficulté réside dans le fait de garder les boulettes bien rondes, personnellement je n’ai pas réussi à ne pas les applatir en les cuisant à la poêle, il n’empêche qu’elles étaient excellentes, c’est bien l’essentiel!

P.S. : Accompagnez cette purée d’un peu de confiture d’airelles et d’une bonne purée comme cette purée au chou-fleur et romarin

kottbullar-3

Kottbullar

  • 250 g de bœuf haché
  • 250 g de porc haché
  • 75 g de chapelure
  • 1 œuf
  • 1 oignon
  • 20 cl de lait
  • Une pincée de piment de Cayenne
  • Sel, poivre

Hachez finement l’oignon et faites-le revenir dans un peu de beurre jusqu’à ce qu’il soit tendre mais pas coloré.
Faites tremper la chapelure dans le lait.
Mélangez tous les ingrédients, ajoutez un peu de lait en plus si l’ensemble est trop compact.
Formez des boules à l’aide de deux cuillers.
Faites chauffer une grosse noix de beurre dans une poêle puis faites dorer les boulettes sur toutes les faces.
kottbullar-2

Spécialité de Grèce : Keftedes

J’ai lu il y a quelques temps qu’après l’année du burger, 2014 serait l’année de la boulette. Cette tendance semble se confirmer, quoique plus timidement que la folie burgers 2013, notamment dans les parutions de livres… A Lille, un resto proposant uniquement des boulettes a ouvert ses portes… Je me suis empressée de le tester mais j’hésite encore à vous poster mon avis car il est mitigé… 

En tout cas de mon côté, la coupe du monde met un coup d’accélérateur dans mes recettes de boulettes car après les Goji Wanja Jorang pour la Corée du Sud, je reviens avec les keftedes pour le match Grèce – Japon de ce soir.

keftedes-3

Ces boulettes de bœuf et agneau ont un vrai goût de soleil grâce à la menthe, sont bien moelleuses et sont faciles à réaliser.

Si vous ne trouvez pas d’agneau haché, prenez un ou deux morceaux entiers et hachez-les vous même au mixeur. Ne négligez pas le sel pour que les boulettes soient bien goûteuses.

Vous risquez de trouver la viande difficile à manipuler au moment de former les boulettes. Dans ce cas, prenez la bonne quantité de viande avec une cuiller à soupe, faites-la tomber dans le bol de farine, roulez-la doucement pour qu’elle soit farinée partout et seulement à ce moment-là, attrapez la boulette avec les doigts pour lui donner une belle forme ronde.

Enfin, mettez les boulettes a la poêle tout de suite après les avoir formées, sinon au bout de 15 minutes elles auront bu toute la farine et reprendront leur texture molle et difficile à manipuler.

keftedes

Keftedes

  • 250 g de boeuf
  • 250 g d’agneau
  • 2 œufs
  • 1 gousse d’ail émincée
  • 1 oignon émincé
  • 2 c. à s. de menthe séchée
  • 1/2 bol de farine
  • Sel, poivre

Humidifiez les morceaux de pain émiettés avec le lait dans un grand bol et mettez de côté. 
Dans un robot culinaire, mixez l’ail, puis ajoutez l’oignon, la menthe, le sel et le poivre. Mixez jusqu’à ce que l’ensemble soit haché finement.

Ajoutez alors le pain humide (égouttez-le s’il reste un peu de lait) puis le bœuf, l’agneau et les œufs.

Mixez jusqu’à ce que le mélange soit bien mélangé.

Roulez en boulettes de 2 à 3 centimètres de diamètre.
Mettez la farine dans un bol et roulez les boules dans la farine pour les enrober et secouez l’excédent de farine.
Chauffez environ 1 cm d’huile dans une grande poêle à feu moyen.
Ajoutez les boulettes de viande, et faites cuire jusqu’à ce qu’elles soient bien dorées à l’extérieur et ne soient plus roses au centre, soit environ 10 minutes en les remuant régulièrement.
Déposez les boulettes sur un papier absorbant pour enlever l’excès de gras et servez vite!

keftedes-2

Source :

http://m.allrecipes.com/recipe/149474/margarets-keftedes-greek-meatballs

 

 

 

Spécialité de Corée du sud : boulettes goji wanja jorim

J’aime beaucoup manger asiatique, mais je rechigne souvent à l’idée de cuisiner ces plats par flemme de chercher les ingrédients. J’ai toujours peur de devoir faire 5 magasins différents avant de trouver tout ce qu’il faut, et je n’aime pas trop franciser les recettes d’autres pays par peur que tous mes plats finissent par se ressembler.
Aujourd’hui pour le match Corée-Russie, je me suis donc fait violence et ai sillonné la ville à la recherche de shiitake… Que j’ai trouvés dans la première boutique de ma liste, il faut vraiment que j’arrête d’être défaitiste!

Si comme moi vous utilisez des shiitake secs, j’ai prévu une quantité plus faible que pour les frais car ils sont plus forts en goût que ces derniers.

goji-wanja-jorang

Dans ce cas, remplacez les 3 cuillers d’eau de la sauce par 3 cuillers du bouillon obtenu en les réhydratant, ça apportera un goût supplémentaire à la sauce.

Le mirin est plus sucré que le vin de riz ou saké de cuisine, aussi si vous l’utilisez, une cuiller à café de sucre suffira à la place d’une cuiller à soupe.

Ne soyez pas effrayés par le goût sucré de la sauce lorsque vous la préparez, en cuisant ce goût caramélise et se fond très bien avec la viande. J’ai été surprise par le goût de ces boulettes : leur cuisson est parfaite, la texture glacée autour est très agréable et le goût est dépaysant mais surtout excellent! J’en referai dès que possible, accompagnées de riz ou de nouilles sautées.

goji-wanja-jorang-2

Goji wanja jorim

Pour les boulettes:

  • 250 g de boeuf haché
  • 250 g de porc haché
  • 6 shiitake frais ou 4 réhydratés, finement hachés
  • 1/2 oignon moyen, haché finement
  • 2 oignons verts, hachés finement
  • 1 jaune d’œuf
  • 1 c. à s. de sauce de soja
  • 2 gousses d’ail haché
  • 1 c. à c. de gingembre frais râpé
  • 2 c.à s. de fécule de maïs
  • Sel, poivre

Pour la sauce (jorim jang):

  • 3 c. à s. de sauce de soja
  • 1 c. à s. de sucre
  • 2 c. à s. de sirop d’agave
  • 3 c. à s. de vin de riz (ou mirin)
  • 3 c. à s. d’eau
  • 2 gousses d’ail émincées
  • 1 morceau de 2 cm environ de gingembre, râpé

Mixez tous les ingrédients des boulettes à l’exception de la fécule.

Formez des boulettes de 3 cm de diamètre, puis roulez-les dans la fécule.

Faites chauffer une poêle avec 1 cm d’huile puis faites dorer les boulettes.

Pendant ce temps, mélangez tous les ingrédients de la sauce.

Quand les boulettes dont cuites, réservez-les et faites bouillir la sauce 1 à 2 minutes pour qu’elle épaississe un peu.

Remettez alors les boulettes et laissez les chauffer 5 minutes de plus, en les nappant régulièrement avec la sauce.

goji-wanja-jorang-3

Source :

http://www.koreanbapsang.com/2012/03/gogi-wanja-jorim-glazed-korean.html#.U4ue4MuvQm8