Archives de catégorie : Pâtes et riz

Spécialité d’Indonésie : Mie goreng végétarien

Pour le nouvel an chinois, je vous propose de réaliser une recette indonésienne… Cherchez l’erreur! Ce n’en est qu’une petite, car même si cette fête porte ce nom, elle est en réalité célébrée aussi dans d’autres pays où les communautés chinoises sont présentes et l’influence de la culture chinoise est importante, comme la Malaisie, l’Indonésie ou encore le Viêt Nam. C’est aussi devenu un événement majeur dans les quartiers chinois de New York, de Londres et d’autres capitales mondiales. Bref, le Nouvel An chinois est un des événements les plus célébrés au monde, et pas qu’en Chine!
 
Les chinois ont très peu de jours de congés au sens où on l’entend chez nous, et pour eux les occasions de vacances sont plutôt liées aux jours fériés et aux ponts, par exemple pour le nouvel an chinois, il y a 7 jours de congés nationaux.
 
 
Les célébrations du nouvel an chinois commencent la veille du Nouvel An et durent généralement jusqu’au 15ème jour du Nouvel An, qui est le jour du Festival des Lanternes. Les festivités commencent avec le nettoyage de la maison pour balayer les mauvais esprits et faire de la place pour la bonne fortune, le bonheur, la richesse et la longévité. 
 
Le nouvel an chinois, aussi appelé Festival du Printemps, est une fête que j’apprécie beaucoup. J’ai toujours été fascinée par les différentes cultures asiatiques, et j’ai eu la chance de voyager en Chine, pays qui m’a littéralement conquise, à tel point que j’ai même pris des cours de chinois, dont je n’ai pas retenu grand chose, je dois l’avouer!
 
Bref, je suis toujours contente d’approfondir ma connaissance de la culture asiatique, et ce, surtout quand ça passe par la cuisine, vous me voyez venir, grande gourmande que je suis!
 
Venons en à ce plat indonésien que je vous propose aujourd’hui! Le mie goreng (en indonésien, « nouilles frites »), aussi connu sous le nom de bami goreng, est un plat à base de nouilles frites dans l’huile avec de l’ail, de l’oignon ou des échalotes, des crevettes, du poulet, du porc, du bœuf ou des boulettes de viande, du piment, du chou ou du chou chinois, des tomates, divers autres légumes et des œufs. C’est un plat très répandu et très prisé que l’on retrouve dans quasiment tous les restaurants et les étals de l’archipel, de même que le nasi goreng.
 
Ce plat est dérivé du chow mein chinois, comme quoi, ça tient la route de le cuisiner au nouvel an chinois! Il a très probablement introduit par les nombreux immigrants chinois qui se sont établis tout au long de l’histoire dans l’archipel et la péninsule malaise.
 
J’ai toujours adoré les nouilles, et cette version indonésienne est l’un de mes plats préférés. Ce qui fait ce plat, c’est la sauce. Sa saveur principale vient du kecap manis, une sauce de soja super douce et collante, qui ressemble presque à de la mélasse. C’est super addictif. J’avais reçu cette sauce de la part de Rappelle-toi des mets suite à un concours que j’ai eu la chance de remporter sur son blog, et depuis je suis accro à cette sauce, j’en rachète très souvent!
 
La recette vous donnera 2 portions pas très grosses, si vous avez très faim n’hésitez pas à augmenter un peu la quantité de nouilles.
 
 
P.S. : Si vous cherchez d’autres idées pour le nouvel an chinois, regardez cet article qui regroupe plein d’idées! Et si vous voulez en savoir plus sur la cuisine indonésienne, offrez-vous ce joli livre :
 
 

Mie goreng végétarien

 
Pour 2 personnes
 
  • 75 g de nouilles soba non cuites ou ramen
  • 1/2 oignon haché finement
  • 2 échalotes hachées
  • 60 g de haricots plats
  • 50 g de chou râpé
  • 35 g de haricots mungo
  • 1 carotte râpée
  • 2 gousses d’ail émincées
  • 1 cm de gingembre râpé
  • 2 c. à s. d’huile d’arachide
  • 2 c. à s. de ketjap manis
  • 1 c. à c. de purée de piments sambal oelek ou de piment de cayenne
  • 1 œuf sur le plat
  • 1 c. à c. d’oignons frits
 
Préparer les nouilles selon les instructions de l’emballage; Égouttez et mettez de côté.
 
Dans un wok ou une grande poêle, chauffer l’huile et ajouter l’oignon, l’ail et le gingembre; Faire sauter jusqu’à ce que l’oignon est mou. Ajoutez les échalotes, les pois mange-tout, le chou et les haricots mungo et la crotte râpée, et cuire jusqu’à ce que tendre-croustillante.
 
Puis ajouter les nouilles, le kecap manis et le sambal.  Mélangez sur le feu Jusqu’à ce qu’il soit chaud (environ 5 minutes).
 
Faites cuire 2 oeufs au plate et déposez-les dessus, saupoudrez d’oignons frits.
 

Risotto au citron et basilic

Aujourd’hui, je vous propose une recette un peu particulière : un risotto au basilic et au citron. Le risotto n’a rien de particulier en soi, mais personnellement c’était la première fois que je le voyais associé à du citron, beaucoup de citron. Cette recette a un goût très particulier et prononcé, ce qui signifie que si vous aimez le citron, vous l’aimerez. Malheureusement, si vous n’aimez pas trop le citron, il y a de grandes chances que vous ne l’appréciez pas vraiment, car c’est vraiment l’élément dominant. 
 
Cela étant dit, c’était un risotto très simple à faire, au goût délicieux et avec une très belle texture. C’est le genre de plat que vous pouvez préparer si vous voulez vous faire un petit repas à la fois gourmet et sain. Le riz peut sembler un plat un peu ennuyeux si vous le faites bouillir et que vous le servez nature comme à côté… Mais en le préparant de la sorte, pas de risque de s’ennuyer!
 
 
J’adore cuisiner avec du jus et des zestes de citron. C’est un ingrédient tout simple qui ajoute beaucoup de caractère à n’importe quelle recette. Ce risotto m’a rappelé la blanquette de veau de ma maman, qui était dans mon souvenir assez citronnée, et pour cette raison en tant qu’enfant je ne l’aimais pas trop. Mais là dans ce risotto, maintenant que j’ai appris à aimer l’acidité du citron, ça m’a beaucoup plu!
 
J’ai trouvé la recette sur un blog que j’aime beaucoup, Quelques grammes de gourmandise. Allez vite le visiter si vous ne le connaissez pas, il est vraiment inspirant! J’ai mis moins de citron qu’elle car mon citron était de belle taille, et aussi parce que je cultive et cuisine en ce moment du basilic citron, qui renforce la saveur du citron, j’en ai donc mis en complément dans mon plat. Je voulais que l’ensemble soit équilibré, et ce fut parfait !
 
Si vous n’avez jamais fait de risotto auparavant, n’ayez pas peur. Beaucoup de gens pensent que le mot risotto est synonyme de rester debout au-dessus d’une poêle pendant des heures pour finir par faire un désastre. C’est faux, il vous faudra moins de 30 minutes pour tout préparer et une fois qu’on a compris le truc, c’est un plat inratable.
 
 
 P.S. : Si vous aimez le risotto, j’en propose quelques autres sur ce blog, dont le risotto carottes vanille, que j’adore!

Risotto au citron et basilic

 
  • 200 g de riz arborio
  • 1 oignon rouge
  • 2 c. à s. d’ huile d’olive
  • 1 citron non traité
  • 60 cl de bouillon de volaille
  • 30 g de beurre
  • 60 g de parmesan râpé
  • 3 feuilles de basilic
  • Sel, poivre
 
Prélevez le zeste du citron, ainsi que le jus. Réservez.
Pelez et émincez l’oignon. Faites-le revenir quelques minutes avec l’huile d’olive.
Ajoutez ensuite le riz, et remuez jusqu’à ce que les grains deviennent translucides.
Mettez dans une casserole l’eau et le cube de bouillon à chauffer doucement.
Mouillez avec le jus de citron. Lorsque ce dernier est complètement absorbé, ajoutez un peu de bouillon de volaille, l’eau, le sel et le poivre.
Faites cuire en remuant constamment environ 15 minutes et en ajoutant du bouillon petit à petit. Coupez le feu quand c’est cuit.
Ajoutez ensuite le beurre et le parmesan râpé et laissez reposer 5 minutes.

Juste avant de servir, ajoutez un peu de zeste de citron râpé et des feuilles de basilic fraîchement ciselées.

Source d’inspiration :
https://www.quelquesgrammesdegourmandise.com/risotto-citron-basilic-cookeo/

 

Avec cette recette au citron, je participe à Cuisinons de saison !
 

Lasagnes au chou-fleur et au bleu de Bresse

Aujourd’hui, je vous propose un petit plat d’hiver délicieux et réconfortant! Les lasagnes sont parmi mes plats préférés, j’ai beaucoup de mal à résister à une nouvelle variante quand j’en vois une. Je me suis donc retrouvée séduite irrésistiblement par une version proposée par la célèbre (oui oui) Claudine du blog La cuisine de Gut. Son blog regorge de recettes gourmandes et à chaque fois que j’en ai testé une, c’était la régalade!
 
Les lasagnes sont en général parfaites quand on reçoit. D’abord parce qu’on peut les préparer à l’avance pour n’avoir qu’à enfourner quand les invités sont là, mais aussi parce que c’est super agréable d’entendre tout le monde s’exclamer : On mange des lasagnes? Youhou! Les gens ont toujours l’air d’adorer ça et d’en manger assez rarement pour être ravis quand vous leur en servez.
 
 
Cette recette n’a pas démérité et s’est avérée aussi bonne que toutes celles que j’ai testées chez Claudine. C’est honnêtement, tellement bon! Pour une accro à la nourriture réconfortante comme moi, ces lasagnes sont divines. Vous ne pouvez pas en faire trop. Les gens vont se resservir et au pire, vous serez contents de trouver un reste le lendemain au frigo! Leur bon goût vient du fait qu’elles contiennent beaucoup de légumes, mais pour être honnête, j’aime par dessus tout le gout du bleu. J’en ai d’ailleurs mis plus que Claudine, et comme j’en avais beaucoup, je ne l’ai pas mis dans la sauce, mais par dessus les lasagnes pour qu’il gratine. C’était top! Au final, avec tout ce fromage, le chou-fleur se fait tout doux et passe tout seul, même pour ceux qui n’en raffolent pas. Si vos enfants se sentent peu inspirés par leurs légumes, ces lasagnes au chou-fleur bien fondantes peuvent être la solution!
 
Vous pouvez servir ces lasagnes telles quelles, ou rendre le repas plus copieux en les servant avec un rôti ou comme nous, une chipolata et une salade.
 
J’ai utilisé 6 feuilles de lasagnes prêtes à cuire en les cassant pour leur faire épouser la forme de mon plat arrondi, mais suivant la taille de vos feuilles de lasagnes et de votre plat, vous devrez peut-être en utiliser un peu plus ou un peu moins. Si vous n’utilisez pas de feuilles de lasagne prêtes à cuire au four, vous devrez les faire précuire dans de l’eau bouillante, mais j’ai l’impression que désormais on ne trouve quasiment plus que des feuilles qui vont au four directement. Il faut dire que c’est bien plus pratique!
 
 

P.S. : Si vous aimez le chou-fleur, j’ai fait un récap de mes meilleures recettes par ici!

Lasagnes au chou-fleur et au bleu de Bresse

 
  • 6 feuilles de lasagnes
  • 1 demi petit chou fleur déjà cuit mais encore ferme (600 g)
  • 250 g de champignons de Paris
  • 100 g de Bresse bleu
  • 20 g de Parmesan
  • 1 échalote
  • 1 gousse d’ail écrasée
  • Huile d’olive
  • Sel, poivre

Pour la Béchamel

  • 20 g de beurre
  • 40 g de Maïzena
  • 50 cl de lait
  • Une pincée de muscade
  • Une pincée de cumin

Coupez les bouquets de chou-fleur cuit en tranches. Réservez.
Épluchez les champignons et ciselez-les.

Mettez un filet d’huile dans une casserole faites revenir l’échalote  5 minutes puis ajoutez et faites cuire les champignons. 3 minutes avant la fin de la cuisson, ajoutez l’ail. Réservez.

Réalisez la béchamel : faites fondre le beurre dans une casserole, puis ajoutez la farine et mélangez au fouet. Ajoutez alors le lait petit à petit en fouettant continuellement. Ajoutez la muscade et un peu de cumin, le sel et le poivre.

Ajoutez ensuite les champignons dans la béchamel et remuez.

Mettez un peu de béchamel au fond d’un plat allant au four. 

Posez des feuilles de lasagnes par dessus.

Ajoutez à nouveau un peu de béchamel. Ajoutez quelques tranches de chou fleur. Disposez à nouveau des feuilles de lasagnes et recommencer l’opération avec chou-fleur et béchamel. Terminez par le bleu. Saupoudrez le tout de parmesan.

Enfournez dans un four préchauffer à 180°C. Faites cuire durant 40 minutes environ.

 

Source d’inspiration :
https://cuisinedegut.net/2017/10/12/lasagnes-de-chou-fleur-et-champignons-au-roquefort

 

Avec cette recette au chou-fleur, je participe à Cuisinons de saison !
 

Pâtes à l’huile de truffe, crème au poivre et pecorino

Les recettes typiques de la cuisine romaine sont nombreuses. Qui n’a jamais mangé des fameux plats de pâte tels que les bucatini all’amatriciana, les penne all’arrabbiata, ou les spaghetti alla carbonara ?
 
Parmi toutes ces recettes ancestrales, je voulais parler d’une recette très simple mais délicieuse, relevée  comme il faut et qui se prépare en quinze minutes seulement : les spaghetti a cacio e pepe.  Si vous n’en avez jamais entendu parler, ne vous inquiétez pas, j’ai découvert ce plat assez récemment moi-même! A Rome, c’est un vieux favori, mais ce n’est pas le plat qui s’est le plus exporté à l’étranger.
 
 
C’est un plat qui se distingue par la simplicité : il contient peu d’ingrédients, il n’est pas cher et il est rapide à préparer.  Il doit sa renommée aux excellents fromages de brebis que l’on peut trouver en Italie et plus particulièrement au pecorino! Le Pecorino Romano est un fromage traditionnel italien à base de lait entier de brebis, à pâte pressée cuite. On peut l’utiliser un peu de la même façon que le parmesan, par exemple râpé sur des plats.
 
Pour obtenir des pâtes a cacio e pepe parfaites, il faut non seulement assaisonner les pâtes cuites avec le fromage râpé mais mélanger un peu d’eau de cuisson des pâtes, riche en amidon, avec le fromage, afin que ce denier fonde jusqu’à former une sorte de crème qui est la particularité de cette recette.
 
Aujourd’hui, ce ne sont pas de pures cacio e pepe que je vous propose, car je les ai enrichies de crème et de truffe (oui oui, rien que ça), mais j’ai gardé l’esprit de cette méthode, c’est à dire que j’utilise l’eau de cuisson des pâtes pour constituer la sauce!
 
J’ai réalisé cette recette avec un poivre indigène que j’ai eu la chance de recevoir de la part de David Vanille, c’est un poivre vraiment particulier  très fruité, j’y ai senti de fortes notes d’agrumes qui se sont très bien mariées avec le plat sans le dominer totalement. SI vous ne connaissez pas David Vanille, je vous invite à aller découvrir son site qui est une référence notamment pour l’achat de vanilles et de poivres de qualité!
 
 
   
P.S. : Si comme moi vous aimez la saveur de la truffe, vous aimerez aussi ce risotto à la truffe noire bien parfumé!
 

Vous voulez commander des gousses de vanille? Un code promo rien que pour vous!

 
Pour ceux et celles qui auraient envie de tester les gousses de vanille de super qualité que j’utilise dans toutes mes recettes, je vous propose un code promo pour vous permettre d’en recevoir à tarif réduit! Il s’agit d’une réduction de 10%, valable lors de l’achat de 69€ sur le site  www.DavidVanille.com. Pour cela, saisissez le code VANILLE lors de la validation de votre commande!

Pâtes à l’huile de truffe, crème au poivre et pecorino

 Pour 2 personnes
 
  • 2 c. à c. de poivre
  • 200 g de spaghetti
  • 80 g de pecorino romano râpé
  • 1 c. à s. d’huile aromatisée à la truffe
  • 1 c. à s. bombée de crème fraîche
  • 1 c. à s. de ciboulette fraîche
 
Faites griller les grains de poivre dans une poêle très chaude et sèche jusqu’à ce qu’ils soient parfumés, puis écrasez-les grossièrement grossièrement au mortier, au couteau ou dans un moulin à poivre et réservez ce poivre obtenu dans un bol.
 
Portez à ébullition une grande casserole d’eau salée, puis ajoutez les pâtes. Cuisez-les selon les indications du paquet. Remuez de temps en temps pendant la cuisson.
 
Égouttez les pâtes en réservant l’eau de cuisson et laissez refroidir une minute. Pendant ce temps, mettez le fromage,(réservez 2 cuillers à soupe) la crème fraîche et presque tout le poivre du poivre (réservez 2 pincées) dans un grand bol. Ajoutez tout en battant l’eau des pâtes très progressivement pour faire d’abord une pâte et ensuite une sauce de la consistance d’une béchamel. Ajoutez ce mélange dans les pâtes et mélangez vivement tout en ajoutant de l’eau si besoin (je n’ai pas eu besoin) pour faire une sauce qui enrobe bien les pâtes.
 
Versez dans deux assiettes, saupoudrez par dessus le poivre et le pecorino restants, et servez immédiatement.
 
 
 

Gratin de pâtes aux champignons et courge butternut

En voyant les décorations de Noël apparaître partout dans les vitrines des magasins, j’ai réalisé que oui, l’automne est résolument là, et même que l’hiver approche à grands pas! Je dois dire que je ne suis pas encore au taquet sur Noël, je préfère prolonger encore un peu la période de l’automne avec ses feuilles mortes et ses citrouilles ! L’odeur des courges ne quitte pas ma maison depuis 2 mois et aujourd’hui une fois de plus, elles sont de la partie!
 
Il y a quelques semaines, j’ai vu une recette qui avait l’air divine sur le blog Les petits plats de Béa et je n’ai pas pu résister. Des pâtes à la  sauce bien crémeuse à la tomate, avec de la courge, des champignons et beaucoup, beaucoup de cheddar… Ce plat gourmand et copieux fut forcément un gros un coup de cœur! Il combine mon amour des gratins de pâtes façon mac & cheese et ma passion dévorante pour les courges.
 
 
Dans ce plat, les oignons, la courge et les champignons sont tous revenus à la poêle ensemble. C’est un gain de temps et votre cuisine est parfumée avec toutes les odeurs en même temps, c’est le paradis! À la base c’est une recette végétarienne, où la citrouille, les champignons et les pâtes sont gratinés au four avec du  fromage (tout un programme!). J’y ai ajouté du chorizo et c’était terrible, mais vous pouvez l’omettre pour rendre ce plat à nouveau végétarien!
 
Ce plat de pâtes constitue un repas plutôt équilibré grâce à la quantité de légumes, et il ne manquera pas de vous donner un regain d’énergie pour vous permettre de continuer la journée. C’est un plat réconfortant et vraiment parfait pour l’automne.
 
J’ai fait ce plat avec des tagliatelles, mais il doit être déclinable avec n’importe quel style de pâtes, pourquoi pas même des feuilles de lasagne!
 
 

Gratin de pâtes aux champignons et courge butternut

 
Pour 4 personnes
 
  • 180 g de tagliatelles
  • 1/2 courge butternut
  • 200 g de champignons de paris
  • 1 oignon
  • 3 c. à s. de concentré de tomates
  • 50 g de chorizo fort
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • 15 g de beurre
  • 25 cl de lait
  • 1 c. à s. de farine
  • 80 g de cheddar râpé
  • Sel, poivre
 
Faites cuire les pâtes dans un grand volume d’eau salée selon les instructions figurant sur l’emballage.
 
Pelez la courge et coupez-la en cubes.
Pelez l’oignon et émincez-le.
Nettoyez les champignons et coupez-les en lamelles.
Coupez le chorizo en rondelles.
Faites-le revenir dans la poêle puis égouttez-le et réservez-le.
 
Chauffez l’huile d’olive dans une sauteuse et faites revenir l’oignon 2 minutes , puis ajoutez les champignons et prolongez de 5 minutes, et enfin la courge et prolongez d’encore 5 minutes, salez et poivrez.
 
Préchauffez le four à 180°C
 
Chauffez le beurre dans une casserole, ajoutez la farine, mélangez, puis versez le lait et laissez épaissir en fouettant constamment, incorporez le concentré de tomates, le chorizo et rectifiez l’assaisonnement.
 
Quand les pâtes sont cuites, égouttez-les et mélangez-les aux légumes, ajoutez la sauce au chorizo et mélangez encore.
 
Versez la préparation dans un plat allant au four.
 
Répartissez le cheddar râpé et enfournez dans le four chaud pour faire gratiner 10 minutes à 180°C.
 
 
Source d’inspiration :
 

Risotto aux champignons

Ce risotto aux champignons est une recette que je fais souvent. C’est une recette rapide, facile et garantie. Bref, une valeur sûre ! Allez savoir pourquoi je ne l’ai pas encore postée sur ce blog!
Avec ses saveurs terreuses, le risotto aux champignons est idéal pour les mois plus froids qui approchent (Winter is coming) et il est très polyvalent car vous pouvez utiliser n’importe quel type de champignon suivant ce que vous préférez/avez sous la main.
 
Le risotto est un plat assez délicat, mais avec un peu de pratique, de patience et d’amour, il devient à coup sûr le clou du spectacle de n’importe quel diner.
Lorsque vous servez un risotto, assurez-vous de l’associer à un dessert assez léger pour équilibrer le repas. N’hésitez pas à ajouter une viande ou une protéine végétale si vous voulez enrichir ce repas, personnellement je trouve qu’il se suffit à lui-même.
Saviez-vous que vous n’avez pas besoin de fromage pour obtenir la texture crémeuse et la saveur si parfaite des risottos? C’est l’amidon du riz qui permet d’obtenir cette texture et rien d’autre! Les risottos italiens n’en contiennent d’ailleurs pas à la base. Mais même en sachant ça, je suis inconditionnelle du parmesan! C’est un de mes fromages préférés, si ce n’est THE chouchou dans mon cœur ! Il se marie super bien avec les champignons d’ailleurs!
  

Risotto aux champignons

Pour 4 personnes
  • 300 g de riz arborio
  • 1 oignon
  • 1 cube de bouillon de légumes
  • 1, 3 l d’eau
  • 140 g de champignons de Paris
  • 80 g de cèpes
  • 3 c. à s. d’huile d’olive
  • 35 g de parmesan
  • 35 g de beurre doux
  • 10 cl de vin blanc sec
Émiettez le cube de bouillon dans une casserole et versez-y l’eau. Faites bouillir puis gardez à feu doux.
Déchirez les cèpes et les champignons de Paris en suivant le sens des fibres.
Épluchez l’oignon et ciselez-le, puis faites-le suer avec les champignons dans de l’huile d’olive. Réservez.
Ajouter le riz et faites chauffer quelques minutes pour le faire nacrer.
Déglacez ensuite avec le vin blanc et faites réduire le liquide de moitié, puis ajoutez le bouillon progressivement et laissez cuire en remuant très souvent. Quand le liquide a été absorbé par le riz, rajoutez de l’eau jusqu’à ce que le riz soit cuit, soit de 15 à 17 minutes.
Ajouter pour finir le parmesan, le beurre et les champignons puis assaisonnez.
Décorez avec quelques copeaux de parmesan.
Avec cette recette aux champignons, je participe à Cuisinons de saison !

Coquillettesoto jambon truffe noix

Je crois avoir déjà dit souvent par le passé que j’étais fan de risottos, et aussi de one pot pasta. Il n’y a pas de hasard là-dedans, car ces deux plats ont un point commun! Il s’agit de la méthode cuisson, dite « par absorption ». Dit comme ça fait sérieux, mais cela signifie juste que le liquide de cuisson est absorbé par le riz ou les pâtes, et que l’amidon dégagé donne une texture crémeuse à l’ensemble. Au final, ce n’est pas bien compliqué, ça ne demande que peu de temps de préparation, c’est à peine plus long que la cuisson normale et ça dispense de faire une sauce à côté puisque l’eau de cuisson devient la sauce… Ha! Et surtout, n’oublions pas l’essentiel, c’est délicieux!
Voici donc une nouvelle recette dans le même esprit, où l’on cuit des coquillettes façon risotto. Hé oui les coquillettes, pâtes que l’on réserve très souvent aux enfants, sont parfaites cuisinées à la manière d’un risotto! Cela donne un pastasotto, ou dans mon vocabulaire totalement fictif, un coquillettesoto ! J’avais déjà tenté l’expérience du coquillettesoto par ici et j’avais adoré, aussi quand j’ai vu cette version chez Lady Milonguera, un blog que je suis quotidiennement, j’ai su que je la ferais un jour ou l’autre, et ce jour est venu!
C’est une recette facile et savoureuse où seule la cuisson demande un peu de surveillance car il faut quand même ajouter le bouillon louche par louche, mais les pâtes cuisent plus vite que le riz donc ce n’est vraiment pas la mer à boire. Ce plat est régressif gourmand et goûteux à souhait! Je vous conseille vraiment de le tester, vous serez forcément conquis!
  

Coquillettesoto jambon truffe noix

  • 500 g de coquillettes
  • 50 cl de bouillon de volaille
  • 1 oignon rouge
  • 50 g de beurre doux
  • 15 cl de vin blanc sec
  • 60 g de parmesan
  • 1 c. à s. d’huile de truffe
  • Un filet d’huile d’olive
  • Sel
Pour le service
  • 50 g de pancetta
  • 60 g de cerneaux de noix concassés
  • 4 c. à s. d’huile à la truffe
  • 2 c. à s. de ciboulette hachée
  • Poivre
Taillez la pancetta en julienne, lavez la ciboulette et ciselez-la finement puis concassez les noix et mélangez ces 3 ingrédients. Réservez.
Épluchez l’oignon et ciselez-le. Faites chauffer le bouillon de volaille.
Versez un filet d’huile d’olive dans une casserole et faites suer l’oignon à feu doux avec une pincée de sel.
Ajoutez ensuite les coquillettes, laissez-les nacrer quelques minutes en remuant, puis versez le vin blanc. Lorsque celui-ci s’est totalement évaporé, ajoutez une louche de bouillon de volaille et renouvelez l’opération jusqu’à cuisson complète des pâtes (environ 12 minutes).
Hors du feu, ajoutez avec le beurre, l’huile à la truffe puis le parmesan. Couvrez et laissez reposer deux minutes, puis mélangez.
Dressez les coquillettes dans des assiettes creuses, puis ajoutez 1 cuiller à soupe d’huile de truffe et un tour de moulin à poivre par assiette.
Agrémentez ensuite les assiettes du mélange noix-ciboulette-pancetta. Servez sans attendre.
Source d’inspiration :
Avec cette recette aux noix, je participe à Cuisinons de saison !

Poulet aux champignons, au chouchen et Farz Gwinizh Du

Vous connaissez sans aucun doute le célèbre far breton, incontournable de la gastronomie bretonne. Il existe en réalité une grande diversité de recettes de fars, ou  » farz »  en breton qui étaient autrefois confectionnés pour les fêtes religieuses et les fêtes familiales. Aujourd’hui, c’est du « Farz Gwinizh Du » dont je vais vous parler, un farz de blé noir que j’ai pu tester grâce à Cuisine à l’ouest et à  La chikolodenn, une conserverie traditionnelle bretonne! Ce style de far est moins connu que le far blanc, il est  resté plus confidentiel. Il est consommé dans le farz gwiniz du, le pot-au-feu breton, ou en accompagnement de plats, revenu dans du beurre.
Avec ce produit, j’ai testé il y a quelques jours de réaliser des haricots cocos au farz, et nous nous sommes régalés.
J’ai ici aussi voulu marier mon farz avec des produits du terroir breton, et je me suis donc tournée vers le cidre et le chouchen!
Je ne vous présente pas le cidre qui est très connu, mais parlons un peu du chouchen ! Le chouchen est historiquement proche de l’hydromel. C’est une boisson alcoolisée obtenue à partir de la fermentation du miel dans du jus de pomme ou du cidre. Il se fabriquait autrefois à partir de miel de sarrasin, jadis très présent en Bretagne, qui lui donnait sa couleur foncée et son goût prononcé. On trouve différents types de chouchen en Bretagne, dont certains sont réalisés avec un mélange d’eau et d’eau de mer.
Le chouchen se boit bien frais en apéritif, sans glaçon qui masquerait le goût du miel. On peut aussi l’utiliser pour agrémenter le melon comme le porto.  Ici il parfume le poulet avec le cidre, et c’est vraiment un régal! Quand au farz, il est revenu dans du beurre avec des oignons et du lard, inutile de vous dire que c’est difficile d’y résister!
J’ai indiqué que la recette était pour 2 car nous avons tout mangé à deux, mais on est de bons mangeurs et je pense que des plus petits appétits pourraient manger à 3  facilement avec la même quantité!
  

Poulet aux champignons et au chouchen et Farz Gwinizh Du

Pour 2 personnes
Pour le poulet
  • 2 belles escalopes de poulet (300 g)
  • 1 carotte coupée en dés
  • 1/2 oignon de roscoff ou rouge émincé
  • 25 cl de cidre fermier brut
  • 2 c. à s. de chouchen
  • 2 c. à s. d’huile
  • 60 g de crème fraîche épaisse
  • 250 g de champignons
  • 1 feuille de laurier
  • Sel, poivre

Pour le farz

  • 25 g de beurre
  • 500 g de Farz Gwinizh Du
  • 100 g de lard fermier coupé en dés
  • 1 gousse d’ail émincée
Coupez les escalopes en morceaux. Faites-les revenir à la poêle dans une cuiller à soupe d’huile d’olive. Réservez hors du feu.
Épluchez les champignons et faites-les revenir dans la poêle avec l’huile restante puis réservez.
Dans la même poêle, mettez à cuire la carotte et l’oignon, la feuille de laurier, du sel, du poivre, et le cidre. Laissez cuire doucement à couvert pendant 20 minutes, jusqu’à ce que les carottes soient cuites et le cidre réduit de moitié.
Quand les carottes sont cuites, remettez le poulet, les champignons, le chouchen, et la crème fraîche. Mélangez et prolongez la cuisson de 5 minutes pour que tout soit bien chaud.
Pendant ce temps, faites chauffer le lard, le beurre et la gousse d’ail dans une autre poêle.
Ajoutez le farz effrité grossièrement et faites revenir 5 minutes. Servez avec le poulet.

Fettucine à la burrata en one pot

Faites un voyage express en Italie avec ce plat de fettucine aux tomates séchées et à la burrata! Cette assiette vous emmènera directement en Toscane en moins de 20 minutes tout compris! Ce repas incroyablement simple est un de mes must de l’été, une période où j’aime me faire plaisir sans passer des heures dans la cuisine ou allumer le four (sauf pour une petite pizza à l’occasion, j’avoue).
Ce plat de pâtes se cuit façon « one pot », et ne contient que des ingrédients super simples. La sauce est simplement composée de tomates séchées cuites directement avec l’eau des pâtes, de l’huile d’olive, de la poudre d’ail, des épices italiennes, du sel et du poivre.
A propos de ces épices italiennes, j’ai la chance de recevoir un mélange italien nommé assaisonnement spaghetti de la part de mon partenaire l’Étal des épices. Je l’avais déjà cuisiné en clafoutis aux tomates, et je savais que ce mélange était divin, j’ai donc voulu l’utiliser une seconde fois d’une manière tout indiquée, avec des pâtes! J’avais envie d’un plat un peu robuste, j’ai donc choisi des fettucine, qui sont des spaghettis en plus larges !
Parlons de la burrata. Pour ceux qui ne la connaissent pas, la burrata est un fromage italien originaire de la région des Pouilles. La burrata est un peu la cousine moins connue, mais clairement meilleure que la mozzarella fraîche. Au premier coup d’œil, elle ressemble à une boule de mozzarella, mais le vrai charme de la burrata se cache à l’intérieur. Coupez la boule et vous découvrirez un cœur coulant, vraiment très très très crémeux! C’est un peu la rencontre de la mozzarella et de la ricotta en quelques sortes!
La burrata est une de mes obsessions du moment, j’ai envie d’en mettre partout… Si vous ne la connaissez pas, testez-la d’urgence, elle pourrait bien devenir votre nouvelle passion à vous aussi! Son goût est incroyable, et sa texture tellement crémeuse, c’est bien simple, c’est un régal! Mélangez ce délice dans un plats de pâtes encore fumantes, laissez fondre quelques instants dessus et vous obtiendrez votre nouveau plat favori, les pâtes à la burrata!
Si vous ne trouvez pas de burrata, vous pouvez simplement la remplacer par des morceaux de mozzarella fraîches de très bonne qualité. Mais dès que l’occasion se présentera de tester la burrata, n’hésitez pas une seconde!
Servez ce plat avec un vin rouge italien pétillant bien frais, et le bonheur est à portée de main!
  

 Fettucine à la burrata en one pot

Pour 2 personnes
  • 225 g de fettucine
  • 6 pétales de tomate séchée hachés
  • 2 gousses d’ail émincées
  • 1 c.  à s. d’assaisonnement spaghetti
  • 3 c. à s. d’huile d’olive vierge extra
  • 70 cl d’eau
  • 1 c. à c. de miel
  • Sel, poivre
Pour le service
  • 150 g de burrata fraîche
  • 2 c. à s. de persil haché
  • 1 c. à c. de vinaigre balsamique
  • Sel, poivre
Mélangez les pâtes, les tomates, l’ail, l’assaisonnement spaghetti, le miel, l’huile et l’eau dans une grande casserole.
Portez à ébullition à feu vif. Faites bouillir, en remuant jusqu’à ce que les pâtes soient al dente et cuites et que l’eau soit presque évaporée, environ 8 à 9 minutes. Assaisonnez au goût avec du sel et du poivre fraîchement moulu. Servez avec la burrata fraîche, le persil et le vinaigre balsamique, ajoutez du sel et du poivre supplémentaires si besoin et remettez un peu d’assaisonnement spaghetti.

One pot pasta tomates et basilic

De temps en temps, un plat surgit, vous en met plein la tronche et vous fait repenser la façon dont vous cuisinez. Ces « one pot pasta », véritables plats de pâtes miracle ont eu exactement cet effet-là sur moi.

Récapitulons la situation : vous mettez littéralement tous les ingrédients de votre plat, y compris les pâtes non cuites, dans une casserole, et hop, vous mettez le gaz! Tout cuit ensemble, et vous n’avez même pas à égoutter les pâtes. Vous obtenez une sauce épaisse et bien chaude dans laquelle tous les parfums se diffusent bien. Le goût et la texture de ce plat sont incroyables! La sauce fabriquée par l’amidon issu des pâtes combiné avec le liquide réduit est vraiment top!

Depuis que j’ai testé les one pot, j’ai du mal à manger des pâtes faites autrement, et j’ai déjà testé un bon nombre de variantes, comme les one pan pasta saucisses ou les one pan torsades à l’aubergine épicée. Aujourd’hui, c’est une variante simple, efficace, comme on les aime en cette saison : des feuilles de basilic frais émiettées, des tomates d’été bien mûres et goûteuses, du poivron, et un peu d’huile d’olive! Quand j’en ai dans mets dans mes placards, je mets une huile d’olive au basilic, ça renforce encore le goût du basilic, c’est top. Et hop! Vous avez un dîner en 20 minutes.

J’ai ajouté un peu de parmesan histoire de rendre l’ensemble encore plus goûteux, je n’y résiste pas. Comme tous les autres one pot, j’ai adoré celui-ci. Je le redis, le one pot est une révélation, et je le ferai encore et encore. Si vous n’avez pas essayé, lancez-vous vite! C’est LE plat parfait à faire quand une belle soirée ensoleillée vous appelle à l’extérieur et que vous ne voulez pas rester dans la cuisine trop longtemps.

One pot pasta tomates et basilic

  • 1 gousse d’ail émincée
  • 4 tomates coupées en petits dés
  • 1 poivron émincé finement
  • 1 oignon émincé finement
  • 30 cl d’eau
  • 25 cl de lait
  • 30 g de beurre
  • 225 g de penne
  • 1 c. à c. de miel
  • 40 g de Parmesan
  • 40 g de gruyère râpé
  • 1 c. à s. de basilic haché
  • 1 c. à c. de purée de piment
  • 1 c. à s. d’huile d’olive
  • Sel, poivre

Chauffez l’huile d’olive dans une grande poêle à feu moyen-élevé. Ajoutez le  poivron, l’oignon et l’ail et faites cuire, en remuant fréquemment, jusqu’à ce qu’ils soient dorés et parfumés soit environ 2 minutes.

Ajoutez alors les tomates, le lait, le miel, la purée de piment, le beurre et les pâtes. Assaisonnez avec du sel et du poivre. Amenez à ébullition , puis baissez le feu et laissez mijoter en remuant de temps en temps, jusqu’à ce que les pâtes soient cuites, soit environ 12 à 15 minutes. Incorporez alors le parmesan, le gruyère et le basilic.

Décorez d’un filet d’huile d’olive, de basilic supplémentaire et d’un peu de parmesan en copeaux et servez immédiatement.