Tous les articles par Not parisienne

Dip carotte kiri

Bien que j’aie un blog de cuisine et que je cuisine donc beaucoup, je ne fais pas partie de celles qui se plaignent que leur homme ne fait jamais rien de ce côté là! Statistiquement je cuisine certes plus que lui, mais il me fait régulièrement des spécialités délicieuses et n’hésite pas à innover pour me faire plaisir! Lors de mon dernier anniversaire, il m’avait notamment prévu un petit repas surprise, durant lequel il avait servi cette délicieuse tartinade.

Cette tartinade à la carotte est parfaite pour l’apéritif, pour y tremper légumes et morceaux de pain grillé, c’est d’ailleurs comme ça que nous l’avons consommée. La texture est bien crémeuse et un peu compacte grâce à l’utilisation de fromages Kiri, ce qui fait qu’on pourrait aussi la tartiner directement sur des tranches de pain, sur un bagel ou dans un sandwich, à la place de la mayonnaise.

J’ai beaucoup aimé la jolie couleur de cette tartinade et son petit goût, les épices peuvent facilement être remplacées par d’autres suivant ce que vous avez sous la main, et en saison si vous avez de belles herbes dans le jardin comme de la ciboulette ou de l’estragon, n’hésitez pas à les y ajouter!

 

 

P.S. : J’aime souvent proposer un trio de dips avec du pain pour l’apéro, vous pouvez par exemple prévoir aussi un  houmous à la betterave et un tzatziki!

Dip carotte kiri

  • 250 g de carottes
  • 4 portions de Kiri
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 2 c. à c. de paprika
  • 2 c. à c. de cumin
  • 2 pincées de coriandre en poudre
  • Sel, poivre

Épluchez et coupez grossièrement les carottes.
Mettez les carottes à cuire 20 minutes environ, jusqu’à ce qu’elles soient tendres.

Mixez les carottes et l’huile olive, en ajoutant progressivement le kiri afin d’obtenir une purée homogène et onctueuse.

Assaisonnez avec la coriandre, le sel, le poivre, le paprika, le cumin. 
Laissez refroidir et reposer au moins 1 heure au réfrigérateur avant de servir.

Avec cette recette aux carottes, je participe à Cuisinons de saison !
 
 

Spécialité d’Inde : pakoras

Souvent, les jours de pluie (ou de poisse), j’aime préparer un repas vraiment réconfortant. Dans ce cas, je me penche du côté des petites choses grasses à grignoter avec les doigts! Avec le retour du mauvais temps qui ne saurait tarder, je commence donc à réfléchir à des petites recettes gourmandes et faciles à faire!
J’adore les pakoras, je me jette toujours dessus au restaurant indien. A Lille nous avons aussi des chaînes de restauration rapide indiennes, et on y trouve des sortes de kebabs, mais où la galette est remplacée par un naan et la garniture par des pakoras végétariens. J’aime beaucoup cette variante qui est plus épicée et plus équilibrée (enfin, je crois) qu’un kebab!  Maintenant que je sais faire les pakoras, j’essayerai sûrement un jour ou l’autre de faire des sandwichs garnis comme ceux-là version maison!
D’ailleurs en Inde et au Pakistan, les pakoras sont vendus également comme street food. Ils peuvent aussi être servis comme une collation pour accompagner le thé pendant les fêtes ou tout simplement quand on reçoit des amis.
Les pakoras que je vous propose sont aux légumes, mais il existe de nombreuses variantes, j’espère avoir l’occasion de vous les faire découvrir petit à petit!
La réalisation des pakoras est assez simple, il suffit de préparer la pâte et ensuite de frire l’ensemble. Il est aussi important d’émincer bien finement les légumes pour obtenir le côté très irrégulier de ces beignets. La pâte est faite avec de la farine de pois chiches, elle est donc complètement sans gluten.
Servez vos pakoras aux légumes avec du chutney de mangue, de la sauce pimentée ou de la sauce au yaourt et à la menthe ( ou les 3!)
 
P.S. : Pour un menu indien, vous pouvez enchaîner sur un poulet korma!

Pakoras

Pour 6 pakoras
  • 40 g de chou finement haché
  • 30 g de carotte hachée finement
  • 30 g de chou-fleur finement haché
  • 30 g de poivron finement haché
  • 25 g de haricots verts finement hachés
  • 30 g  d’oignons hachés
  • 1 piment vert haché
  • 3 c. à s. de feuilles de coriandre hachées
  • ½ c. à c. de gingembre haché
  • 1/2 c. à c. d’ail haché
  • 70 g de farine de pois chiches
  • 7 cl d’eau (+ ou – )
  • 1 pincée de curcuma
  • 1 c. à c. de graines de Grenade
  • 1 pincée de piment rouge
  • 1 pincée de garam masala en poudre
  • Sel

Rincez, pelez et hachez finement toutes les légumes. Mettez-les dans un bol.
Ajoutez également les oignons hachés, les piments verts et le gingembre.
Ajoutez toutes les épices, y compris le sel. Mélangez le tout, puis ajoutez la farine.
Mélangez encore et mettez de côté pendant 5 minutes.
Ajoutez de l’eau progressivement. Mélanger jusqu’à obtenir une pâte épaisse mais fluide.
Faites chauffer l’huile pour la friture. Lorsque l’huile devient chaude, déposez des cuillerées de la pâte dans l’huile. Faîtes frire les pakoras.
Quand un côté est cuit et bien doré, retournez et faites frire de l’autre côté.
Retournez quelques fois et faites frire jusqu’à ce que les pakoras soient croustillants et dorés partout.
Enlever les pakoras de la friture. Égouttez-les sur des essuie-tout. Continuez de frire les pakoras par petites quantités de cette façon.

Velouté au topinambour et au bleu

Après les repas riches de Noël, est venu le temps de l’accalmie pour le foie et l’estomac! En cette période, j’ai souvent de grosses envies de légumes, et qui dit légumes dit soupes, surtout en hiver!

L’hiver est la saison idéale pour se régaler de légumes racines en tous genres, et parmi eux, j’ai une passion pour un petit oublié, le topinambour! J’adore son petit goût qui rappelle celui de l’artichaut!Le topinambour est d’ailleurs aussi appelé artichaut de Jérusalem.

Le topinambour est originaire d’Amérique du nord. Ce légume rustique est très bon pour la santé, il est notamment riche en vitamines minéraux et fibres et petit bonus, il est peu calorique!

Par sa texture et ses modes de préparation, le topinambour se substitue facilement à la pomme de terre dans les recettes, ce qui les allège au passage.

Dans cette soupe, le topinambour apporte sa texture extra et son bon petit goût, que j’ai eu envie de relever avec un peu de bleu de Bresse, un fromage que j’adore. C’est je pense, une belle façon de faire découvrir ce légume à ceux qui ne le connaîtraient pas.
Pour les plus gourmands, ce velouté sera parfait accompagné de belles tranches de pain de campagne, et pourquoi pas complété avec quelques brisures de noix.

 

P.S. : Si vous aimez le topinambour, ça tombe bien, j’ai aussi une belle recette de purée de topinambour à la truffe à vous proposer!

Velouté au topinambour et au bleu

  • 300 g de topinambours
  • 200 g de pommes de terre
  • 75 cl d’eau
  • 1 cube de bouillon de légumes
  • 65 g de bleu de Bresse
  • 85 g de baguette
  • 15 g de cerneaux de noix
  • 15 g de beurre
  • 2 c. à s. d’huile
  • 1 c. à s. d’ail haché
  • Sel

Dans une grande casserole, faites cuire 30 minutes départ eau froide les topinambours, avec le sel et le cube de bouillon.

Lorsque les topinambours sont tendres, ajoutez le bleu de Bresse et mixez.

Faites revenir le pain coupé en dés avec l’ail et les cerneaux de noix dans le beurre et l’huile une à deux minutes pour les dorer légèrement, et déposez-en un peu sur chaque bol de soupe.

Avec cette recette aux topinambours, je participe à Cuisinons de saison !
 
 

 

 

Crème pâtissière végétale à la vanille

Ces derniers temps, j’aime expérimenter les alternatives végétales aux recettes de base. Je ne pense pas abandonner les produits laitiers ou les œufs, mais j’ai plusieurs raisons de vous proposer une version végétale d’un classique comme la crème pâtissière sur ce blog. Cela peut bien sûr intéresser les vegans ou végétaliens, mais il y a aussi les allergiques, ou simplement ceux qui subissent la crise du frigo vide, vous savez, quand vous voulez faire une recette mais qu’il vous manque un ingrédient clé et que vous avez la flemme de sortir faire des courses. 
 
J’ai donc testé cette recette de crème pâtissière, que je n’ai pas mangée telle qu’elle mais incorporée dans une frangipane. Je l’ai néanmoins goûtée nature et je dois dire que sans être 100% identique, elle est très bonne et très proche de la version aux œufs et au lait ! Une fois mélangée à la crème d’amandes par contre, la différence était indétectable pour moi. Cette recette est donc LA solution pour tous ceux qui cherchent une crème pâtissière sans œufs et sans lait!
 
 
Je suis super contente de partager cette recette flexible et facile à faire. Ma version contient une gousse de vanille, qui parfume délicieusement l’ensemble. J’ai utilisé de la vanille qui provient de chez David Vanille. Les gousses sont magnifiques, humides et surtout, terriblement parfumées, cela n’a rien à voir avec celles que l’on trouve dans les supermarchés! Si vous voulez découvrir sa sélection de vanilles c’est par ici!
 
Le curcuma est facultatif, il ne sert qu’à apporter une couleur jaune qui rappellera la crème pâtissière aux œufs. Suivant l’utilisation que vous prévoyez pour cette crème pâtissière, vous pouvez la parfumer avec un peu de cannelle ou de gingembre ou y ajouter des arômes de votre choix.
 
  
 
P.S. : Si vous cherchez un dessert à la vanille, regardez aussi ces crèmes au lait concentré

Crème pâtissière végétale à la vanille

 
  • 60 cl de boisson d’avoine ou autre boisson végétale
  • 25 g de fécule de maïs
  • 100 g de sucre roux
  • 1 c. à s. d’huile de tournesol
  • 1 gousse de vanille
  • 1 pointe de curcuma
 
Portez le lait végétal à ébullition dans une casserole avec le sucre, l’huile et la gousse de vanille fendue en 2 et grattée, ainsi que les graines obtenues. Placez la maïzena dans un saladier et ajoutez-y peu à peu le lait bouillant en battant au fouet au fur et à mesure pour éviter les grumeaux. Ajoutez la pointe de curcuma pour jaunir légèrement la préparation. Replacez la préparation obtenue dans la casserole et remettez sur le feu. Laissez épaissir sur feu doux en comptant 2 minutes à partir de l’ébullition. Couvrez la crème d’un film et laissez refroidir 30 minutes minimum avant utilisation.  Remuez-la pour qu’elle ne fasse pas de croûte.
 
 
Source d’inspiration :

Mes recettes favorites de one pan pasta

Vous aimez les plats de pâtes rapides à faire et qui ont du goût ? Vous n’avez peut-être pas encore eu l’occasion de tester, mais le « One pan pasta » ou « One pot pasta » est fait pour vous !

Le principe ? Cuire les pâtes, les légumes et tous les condiments dans une seule et même casserole (d’où le nom ^^). Une technique bien utile pour faire des économies de vaisselle, mais surtout de temps !
Pas besoin de précuire les tomates, courgettes et autres accompagnements pendant que les pâtes remuent dans l’eau bouillante. Avec le One pan pasta, on jette tout (y compris les pâtes crues) dans la marmite et on patiente tranquillement. Les pâtes vont se gorger de l’eau versée dans la casserole et les ingrédients supplémentaires vont former une sauce crémeuse grâce à l’amidon contenu dans les pâtes.

C’est rapide, facile, très bon. Si comme moi, vous êtes convaincu(e)s, découvrez mes recettes juste en dessous!

One pan pasta à l’aubergine épicée

one-pot-pasta-aubergine-epicee

One pan drunken pasta

one-pot-drunken-pasta-2

One pan pasta aux saucisses et piment

One pan pasta au potimarron, parmensan et sauge

One pan pasta thaï épicée

Et vous, vous avez déjà cette méthode de préparation des pâtes? Vous aimez?

Spécialité niçoise : caviar d’anchois ou fachoira

Je ne sais plus si je vous ai parlé de mon amour pour la ville de Nice. C’est une ville qui a une signification particulière pour moi. J’y vais depuis mon enfance en vacances (du moins, dans une plus petite ville à 15 minutes de là), et désormais certains de mes meilleurs amis y sont installés, ce qui me donne envie d’y retourner plus souvent. J’espère d’ailleurs y aller à Pâques cette année, si je peux prendre quelques jours de vacances! 
 
En cette période de carnaval, c’est tout naturellement à Nice que j’ai pensé, bien que nous ayons le fameux carnaval de Dunkerque dans le nord… Je n’ai jamais eu l’occasion daller à Nice à cette période, mais j’aimerais beaucoup. Le carnaval de Nice est le premier carnaval de France et l’un des plus importants du Monde par le nombre de sujets et chars en carton pâte qui y défilent. Tout cela repose sur le travail titanesque des carnavaliers. A peine un carnaval est fini, que le thème du suivant est dévoilé, presque un an à l’avance donc. Les carnavaliers partent alors à la recherche d’idées, puis ils en font des croquis, sur la base desquels un sculpteur modèle alors le prototypes de l’argile. Les carnavaliers y appliquent ensuite le papier mâché. Il leur reste ensuite à peindre et habiller le personnage obtenu. Quel travail, c’est impressionnant! 
 
 
Une autre tradition qui me plait dans ce carnaval (du moins j’imagine, car je ne l’ai jamais vue en vrai), c’est la bataille de fleurs. Cela consiste en un défilé de chars entièrement fleuris, sur lesquels des personnes déguisées lancent au public des bouquets de fleurs. Il faut savoir qu’à Dunkerque, c’est du hareng qu’ils jettent sur la foule, c’est tout de suite moins glamour et plus odorant !
 
Bref, j’ai voulu vous proposer une petite recette de là-bas pour célébrer le carnaval. Il s’agit d’un caviar d’anchois ou « fachoira » en niçois. Cette tartinade ou dip apéro rappelle bien sûr la tapenade, bien qu’elle en soit légèrement différente. Vous pouvez être sûrs que si vous aimez la tapenade, la fachoira vous séduira à son tour, alors, profitez-en pour changer de votre recette habituelle!
 
 

Caviar d’anchois ou fachoira

 
  • 125 g d’olives noires au sel dénoyautées (de Nice si possible)
  • 1 gousse d’ail
  • 1 filet d’anchois
  • 1 feuille de basilic
  • 1 c. à s. de câpres
  • 4 c. à s. d’huile d’olive
  • Poivre
 
Épluchez votre gousse d’ail. Mettez l’ensemble des ingrédients sauf l’huile dans votre mixeur. Hachez finement au mixeur et mélangez bien, puis ajoutez l’huile, une cuiller à la fois tout en mixant, pour obtenir la consistance d’une pâte.
 
 
Source d’inspiration :
http://www.tresor-vieux-nice.com/recettes/recettes.htm

Mie goreng végétarien

Pour le nouvel an chinois, je vous propose de réaliser une recette indonésienne… Cherchez l’erreur! Ce n’en est qu’une petite, car même si cette fête porte ce nom, elle est en réalité célébrée aussi dans d’autres pays où les communautés chinoises sont présentes et l’influence de la culture chinoise est importante, comme la Malaisie, l’Indonésie ou encore le Viêt Nam. C’est aussi devenu un événement majeur dans les quartiers chinois de New York, de Londres et d’autres capitales mondiales. Bref, le Nouvel An chinois est un des événements les plus célébrés au monde, et pas qu’en Chine!
 
Les chinois ont très peu de jours de congés au sens où on l’entend chez nous, et pour eux les occasions de vacances sont plutôt liées aux jours fériés et aux ponts, par exemple pour le nouvel an chinois, il y a 7 jours de congés nationaux.
 
 
Les célébrations du nouvel an chinois commencent la veille du Nouvel An et durent généralement jusqu’au 15ème jour du Nouvel An, qui est le jour du Festival des Lanternes. Les festivités commencent avec le nettoyage de la maison pour balayer les mauvais esprits et faire de la place pour la bonne fortune, le bonheur, la richesse et la longévité. 
 
Le nouvel an chinois, aussi appelé Festival du Printemps, est une fête que j’apprécie beaucoup. J’ai toujours été fascinée par les différentes cultures asiatiques, et j’ai eu la chance de voyager en Chine, pays qui m’a littéralement conquise, à tel point que j’ai même pris des cours de chinois, dont je n’ai pas retenu grand chose, je dois l’avouer!
 
Bref, je suis toujours contente d’approfondir ma connaissance de la culture asiatique, et ce, surtout quand ça passe par la cuisine, vous me voyez venir, grande gourmande que je suis!
 
Venons en à ce plat indonésien que je vous propose aujourd’hui! Le mie goreng (en indonésien, « nouilles frites »), aussi connu sous le nom de bami goreng, est un plat à base de nouilles frites dans l’huile avec de l’ail, de l’oignon ou des échalotes, des crevettes, du poulet, du porc, du bœuf ou des boulettes de viande, du piment, du chou ou du chou chinois, des tomates, divers autres légumes et des œufs. C’est un plat très répandu et très prisé que l’on retrouve dans quasiment tous les restaurants et les étals de l’archipel, de même que le nasi goreng.
 
Ce plat est dérivé du chow mein chinois, comme quoi, ça tient la route de le cuisiner au nouvel an chinois! Il a très probablement introduit par les nombreux immigrants chinois qui se sont établis tout au long de l’histoire dans l’archipel et la péninsule malaise.
 
J’ai toujours adoré les nouilles, et cette version indonésienne est l’un de mes plats préférés. Ce qui fait ce plat, c’est la sauce. Sa saveur principale vient du kecap manis, une sauce de soja super douce et collante, qui ressemble presque à de la mélasse. C’est super addictif. J’avais reçu cette sauce de la part de Rappelle-toi des mets suite à un concours que j’ai eu la chance de remporter sur son blog, et depuis je suis accro à cette sauce, j’en rachète très souvent!
 
La recette vous donnera 2 portions pas très grosses, si vous avez très faim n’hésitez pas à augmenter un peu la quantité de nouilles.
 
 
P.S. : Si vous cherchez d’autres idées pour le nouvel an chinois, regardez cet article qui regroupe plein d’idées!

Mie goreng végétarien

 
Pour 2 personnes
 
  • 75 g de nouilles soba non cuites ou ramen
  • 1/2 oignon haché finement
  • 2 échalotes hachées
  • 60 g de haricots plats
  • 50 g de chou râpé
  • 35 g de haricots mungo
  • 1 carotte râpée
  • 2 gousses d’ail émincées
  • 1 cm de gingembre râpé
  • 2 c. à s. d’huile d’arachide
  • 2 c. à s. de ketjap manis
  • 1 c. à c. de purée de piments sambal oelek ou de piment de cayenne
  • 1 œuf sur le plat
  • 1 c. à c. d’oignons frits
 
Préparer les nouilles selon les instructions de l’emballage; Égouttez et mettez de côté.
 
Dans un wok ou une grande poêle, chauffer l’huile et ajouter l’oignon, l’ail et le gingembre; Faire sauter jusqu’à ce que l’oignon est mou. Ajoutez les échalotes, les pois mange-tout, le chou et les haricots mungo et la crotte râpée, et cuire jusqu’à ce que tendre-croustillante.
 
Puis ajouter les nouilles, le kecap manis et le sambal.  Mélangez sur le feu Jusqu’à ce qu’il soit chaud (environ 5 minutes).
 
Faites cuire 2 oeufs au plate et déposez-les dessus, saupoudrez d’oignons frits.
 

Purée au chou et aux lardons

Voilà un moment que je ne vous avais pas proposé de purée! C’est pourtant l’un de mes plats favoris! Cette purée vous rappellera peut-être le colcannon irlandais, que j’avais déjà proposé par le passé, et adoré! En effet, elle contient du chou, qui est un des ingrédients phares du colcannon. La recette étant un peu différente mais néanmoins délicieuse, j’ai décidé de vous la partager également! 
 
 
J’aime la combinaison des pommes de terre, du chou et des lardons. Pendant les mois les plus froids de l’automne et de l’hiver, ce sont des aliments vraiment réconfortants! J’aime servir la purée avec des oeufs au plat, mais vous pouvez aussi l’accompagner d’une viande, ou juste la consommer telle quelle puisqu’elle contient déjà des lardons.
 
Puisque la saint-Patrick approche, vous pourriez également servir cette purée accompagnée de ces boulettes irlandaises et d’un irish bannock, pour vous faire un menu à thème. Je sais que tout le monde ne célèbre pas la saint Patrick en France, mais je trouve que toutes les occasions sont bonnes pour faire un repas à thème et pour partager un moment convivial!
 
 
  

Purée au chou et aux lardons

 
  • 400 g de chou blanc
  • 800 g de pommes de terre
  • 1 cube de bouillon saveur pot-au-feu
  • 1,25 l d’eau 
  • 1 pincée de gros sel
  • 100 g de lardons
  • 10 cl de lait
  • 50 g de beurre
  • Sel, poivre
 
Effeuillez le chou et émincez-le en lamelles fines.
Faites-le cuire dans de l’eau 30 minutes avec le cube de bouillon et une pincée de gros sel.
Pendant ce temps, faites cuire les pommes de terre à l’eau.
Une fois que le chou est cuit, égouttez-le.
 
Poêlez les lardons sans matière grasse.
 
Mélangez le chou avec les pommes de terre. Écrasez le tout avec un presse-purée en y ajoutant le beurre et le lait.
 
Salez, poivrez, déposez la lardons par dessus.
 

Gâteau aux fraises tagada

Pour la Saint-Valentin, j’aime proposer des repas sur le thème de la couleur rose. J’avais notamment proposé  une soupe de betterave et chou rouge,  un cocktail rose girly ou des burgers roses. Entre nous, je ne fête pas vraiment la Saint Valentin à la maison, mais pour moi, toutes les excuses sont bonnes pour réaliser un bon repas et surtout un bon gâteau… 
Mon homme est très bon public et toujours content quand j’en réalise un. Je me rends compte que celui-ci pourrait tout aussi bien convenir pour un goûter d’anniversaire d’enfants, c’est vous qui voyez à quelle occasion vous choisirez de le préparer, en tout cas il est délicieux!
 
 
La recette me vient du blog Il était une fois la pâtisserie, un très beau blog aux recettes souvent assez élaborées, mais celle-ci est très simple. C’est un gâteau type gâteau yaourt, mais bien parfumé car il y a une belle quantité de bonbons dedans. J’ai utilisé de la levure colorée pour renforcer la couleur du gâteau, mais de la levure normale conviendra très bien également. Si vous voulez une couleur éclatante et bien chimique, ajoutez un peu de colorant rouge à la pâte.
 
Je ne suis pas très branchée bonbons en général, mais je trouve sympa le parfum des fraises, et c’est une chouette idée pour finir le paquet plutôt que de le grignoter tel quel devant la télé ! Bref, que vous ayez un compagnon ou des enfants gourmands, ce gâteau devrait faire sensation et il est ultra simple, alors lancez-vous !
 
  

Gâteau aux fraises tagada

 
Pour 8 personnes
 
  • 250 g de fraises tagada
  • 2 c. à s. de crème fraîche épaisse
  • 130 g de beurre 
  • 3 œufs
  • 150 g de farine
  • 1 sachet de levure chimique colorée rose
  • 1 pincée de sel 
  • Quelques copeaux de chocolat blanc
 
Réservez 6 fraises tagada pour la déco et placez les autres et la crème dans une casserole. Faites cuire à feu moyen jusqu’à ce que les fraises soient fondues.
 
 
Ajoutez le beurre et laissez-le fondre. Incorporez les œufs un à un tout en fouettant.
Dans un récipient, mélangez la farine, le sel et la levure. 
 
 Mélangez ensemble les deux préparations, puis versez le tout dans un moule à cake beurré et fariné. 
 
 Laissez reposer la pâte 45 minutes au réfrigérateur.
Préchauffez le four à 180°C et enfournez pour 45 minutes.
Vérifiez la cuisson en plantant la lame d’un couteau au centre du gâteau. Elle doit ressortir sèche. Dans le cas contraire, enfournez de nouveau quelques minutes en plaçant une feuille de papier aluminium sur le dessus du cake afin qu’il ne noircisse pas.
 
Décorez avec les fraises tagada restantes et râpez un peu de chocolat blanc par dessus.
 
 
Source d’inspiration : 

Ma nouvelle boutique Etsy

Vous me connaissez pour mes recettes de cuisine, mais aujourd’hui je vais vous parler d’une passion toute autre qui m’anime également ! Depuis l’adolescence (il y a fort longtemps donc), j’ai une passion pour le dessin, surtout les illustrations pour enfants. Avec la vie active, je pratique moins le dessin « manuel » que durant mes études, mais j’ai continué à pratiquer ma passion de l’illustration sur ordinateur. Je m’amuse à dessiner des personnages que je mets en scène sur des affiches pour décorer la chambre de ma fille, j’en ai aussi fait imprimer sur des bodys pour des cadeaux de naissance, ou sur des cartes postales lorsque j’écris à quelqu’un de mon entourage. Vous reconnaîtrez d’ailleurs le style de ma têtière de blog, que j’ai faite dans le même esprit.
 
 
 
Depuis un moment, il me trotte dans la tête de faire quelque chose de toutes ces illustrations que j’emmagasine au fil du temps, et j’ai pensé les proposer à la vente dans une boutique Etsy, en mode dématérialisé, prêtes à télécharger et à imprimer pour faire une déco de chambre d’enfant, ou encore des cartes à imprimer pour les fêtes par exemple. 
 
Je vous présente donc ma boutique Etsy, Mary Poppies. Je me suis vraiment investie dans ce projet, et j’avais hâte de vous le dévoiler ! Bien que soit encore le début, je suis très contente du rendu et de voir ainsi mis en scène mes petits dessins. 
 
 
 
Je pense étoffer rapidement ma boutique avec les mêmes visuels mais en papier, imprimés par mes soins, pour ceux qui n’ont pas d’imprimante à disposition. Du côté des modèles, j’en ajouterai chaque mois un ou deux suivant mes envies, la saison, les thématiques…
 
Voici un aperçu de tous mes produits :
 
 
N’hésitez pas à aller y faire un tour en cliquant ici. J’espère que ma boutique vous plaira, et j’aimerais beaucoup avoir votre avis, que ce soit sur la boutique en elle-même, les dessins, la sélection proposée, les prix. Également, si  vous avez d’autres idées auxquelles je n’ai pas pensé ou même des suggestions de thèmes pour mes prochains dessins, cela m’intéresse vraiment! N’hésitez pas à m’en faire part en commentaire, ou par mail en cliquant ici!
 
Si vous voulez me donner un petit coup de pouce pour démarrer, vous pouvez aussi liker ma page Facebook, voire même la partager à vos amis, ça serait vraiment super chouette!
 
En tout cas, d’autres affiches sont en préparation et devraient arriver rapidement dans la boutique. Je vous en reparlerai une fois de temps en temps, pour vous tenir au courant des nouveautés et des progrès de ce petit projet!