Kéfir de fruits

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir une de mes dernières expérimentations en date : le kéfir! Pour ceux qui ne connaissent pas, voici déjà quelques explications. Le kéfir de fruit, aussi appelé champagne du Caucase, est une boisson fermentée grâce à l’action des grains de kéfir, des micro-organismes (levures et bactéries pour être plus précise) vivant en symbiose sous forme de petits grains blancs translucides.
 
Les grains de kéfir se nourrissent du sucre contenu dans la préparation que vous réalisez, et produisent alors de l’éthanol en faible quantité (généralement – de 1%) et du dioxyde de carbone, ce qui la rend pétillante. On obtient donc en mettant du kéfir, du sucre, des fruits (frais ou séchés) et de l’eau à macérer dans une bouteille, une espèce de limonade légère, rafraîchissante et légèrement acidulée, surtout si vous utilisez comme moi du citron dans la recette.
 
Lors de la fermentation, les grains de kéfir se multiplient, et vous pouvez donc renouveler vous-même votre culture et même très vite distribuer du kéfir autour de vous. C’est une boisson qui n’est pas sucrée car le sucre qui sert à la préparation est digéré par les grains, qui s’en servent pour se nourrir et croître… Le kéfir peut donc être consommé même par des personnes qui ne consomment pas de sucre comme les diabétiques.
 
Le kéfir en, plus d’être bon et facile à faire, est connu pour ses bienfaits. Il est conseillé pour détoxifier l’organisme. Il agit sur tout le système digestif et il serait efficace pour réguler le transit. Il permettrait aussi des améliorations sur des maladies telles que l’eczéma, les ulcères, les problèmes de reins, d’intestins… Pour vraiment ressentir ses effets sur la santé, il ne faut pas hésiter à consommer de belles quantités (1 litre par jour) et ce tous les jours.
 
 
Il parait que l’on peut acheter des grains de kéfir dans certaines boutiques bio, de mon côté j’ai eu la chance d’en recevoir d’un gentil voisin qui était converti au kéfir depuis quelques temps et n’y voyait que des bienfaits, notamment sur sa forme et ses défenses immunitaires! Je me suis donc lancée dans l’aventure, et si je ne peux pas encore dire que je pète le feu, je peux en tout cas vous dire que c’est vraiment très bon! Moi qui essaye de limiter ma consommation de boissons industrielles, ce kéfir viendra désormais prendra la place des sodas à ma table!
 
Pour l’eau, choisissez de l’eau en bouteille, ou si vous la prenez au robinet, prenez le temps de l’aérer une nuit dans une carafe pour supprimer le chlore. Pour les citrons et les figues, prenez-les impérativement bio pour éviter tout pesticide qui pourrait endommager le kéfir.
 
  
 
P.S. : Si vous avez envie d’une limonade mais n’avez pas de graines de kéfir, regardez du côté de cette limonade citron combava

Kéfir de fruits

  • 30 g de kéfir
  • 30 g de sucre
  • 1 figue moelleuse bio
  • 1 rondelle de citron bio
  • 1,25 litre d’eau 
 
Mettez tous les ingrédients dans une bouteille, laissez reposer un jour minimum, la figue doit remonter donc prolongez la durée si elle ne monte pas à la surface dans ce délai. 
 
Mettez en bouteille en filtrant. Vous pouvez ajouter 1/2 centimètre de gingembre en tranches ou 6 baies de goji à cette étape. Laissez buller 1 à 2 jours au réfrigérateur avant de consommer frais.
 
Récupérez le kéfir utilisé pour recommencer.
 

Mon panier repas avec Quitoque (+ 1 code promo pour vous!)

Aujourd’hui, je vous propose de (re)parler d’un service génial que j’ai eu la chance de pouvoir tester : il s’agit du service de livraison de paniers repas Quitoque.
 
Quitoque, c’est votre plein de courses livré à votre porte chaque semaine, avec précisément les ingrédients nécessaires pour la réalisation de 2 à 5 plats dans la semaine! Les recettes font la part belle aux produits de saison, sont faciles à réaliser, bien expliquées et adaptées à un rythme de semaine, c’est à dire pas trop longues à cuisiner.
 
J’avais eu la chance de tester Quitoque l’an dernier et j’avais adoré, et j’ai pu recommencer l’expérience : nouveaux produits, nouvelles recettes, et nouvelle régalade! J’ai choisi un colis végétarien pour 2 personnes, mais le concept se décline aussi façon « je mange de tout », ou encore « sans porc », « sans poisson », ou « sans viande », et, s’adapte au nombre de personnes dans votre famille. 
 
 
Au niveau des légumes, il y avait dans ce colis de la betterave, du poireau, du chou kale, des pleurotes, de la roquette, une pomme, des aromates (oignon, ail, gingembre, échalote, citronnelle…). Comme je l’avais constaté lors de mon premier essai, les fruits et légumes sont d’une qualité irréprochable : ils sont encore bien frais, très bien choisis,  sans tâche ou zones abîmées et mûrs comme il faut. Tout est de saison, ce qui est un très bon point pour moi!
 
 
En plus des légumes, j’ai découvert dans ce colis du fromage de chèvre bio, des ravioles de Royans, du tofu, des spaetzle, du riz à risotto, un pain aux figues, et côté condiments, de la sauce soja, indispensable pour l’exécution d’une des recettes! De ce côté aussi, tout est de très belle qualité, majoritairement bio ou haut de gamme. 
 
 
Au programme de ma semaine, m’attendaient 4 recettes alléchantes mais aussi tout à fait dans le ton du moment :
 
– Un risotto tout rose parfait pour la Saint Valentin
– Des ravioles aux saveurs asiatiques parfaites pour le nouvel an chinois
– Un cœur de Neuchâtel au four
– Des spaetzle aux cœurs d’artichaut et au chou kale
 
 
Nous avons commencé par les ravioles au poireau, pleurotes et tofu et ce fut un régal : ces ravioles étaient à la fois fines et goûteuses, et cela faisait un repas nourrissant sans être bourratif, comme on aime manger en semaine!
 
Ensuite nous avons réalisé le cœur de Neufchatel au four : j’adore le fromage, je pourrais en manger tous les jours, j’étais donc ravie! C’est une recette savoureuse qui se prépare très rapidement. Le top pour les dimanches soir un peu déprimants!
 
 
Les spaetzle aux cœurs d’artichaut ont mis mon homme à rude épreuve car il n’aime pas les artichauts! Mais finalement il a adoré ce plat fin et parfumé autant que moi!
 
Et enfin, le risotto aux betteraves : j’adore les risotto, et celui-ci m’a conquise avec sa jolie couleur et son goût terreux ! 
 
 
Les menus changent toutes les semaines. Ils sont consultables sur leur site internet si vous voulez vous mettre l’eau à la bouche.
 
Au final, ce fut une semaine ultra gourmande qui s’est écoulée avec Quitoque. J’ai adoré le principe de découvrir la surprise de ce qu’on va manger au dernier moment, mais aussi le fait qu’il n’y a absolument rien à prévoir : mêmes les épices sont fournies! En accompagnement de ces plats, vous pouvez choisir une option panier de fruits, bouteille de vin, petit-déjeuner, fromages régionaux ou encore des desserts. C’est ce que j’ai choisi et j’ai reçu de délicieuses crèmes dessert au citron et au caramel, de la compote, ainsi qu’une tablette de chocolat bio.
 
 
      
 

Envie de tester? Un code promo rien que pour vous!

 
Pour ceux et celles qui auraient envie de tester ce super service, je vous propose un code promo pour vous permettre de la recevoir à tarif réduit! Il s’agit d’une belle réduction de 20€, valable lors de l’achat d’un premier panier Quitoque (à partir de 57€ d’achat), jusqu’au 31/03/2018. Pour cela, rendez-vous sur quitoque.fr et saisissez le code NOTPARIS20 lors de la validation de votre commande!

Tarte poireaux reblochon

Et si on préparait une petite tarte salée pour reprendre des forces après une froide journée? C’est l’occasion de se faire plaisir avec un fromage savoyard… Le reblochon !
 
On pense toujours à la tartiflette quand on évoque le reblochon, mais ce fromage a beaucoup d’autres façons d’être consommé. Il y a déjà de nombreux plat chauds et hivernaux qui peuvent se réaliser avec, mais c’est aussi un fromage parfait sur un plateau ou même dans une salade.
 
D’ailleurs, même si on le consomme plutôt en hiver, c’est un fromage qui est meilleur l’été, quand il est produit avec du lait de vaches ayant pu manger de l’herbe et non du foin comme en hiver.
 
 
 Vous remarquerez que pour cette recette je n’utilise pas une pâte brisée ou feuilletée, mais une pâte maison à base de pain dur. Je ne supporte pas le gaspillage alimentaire et j’ai donc adopté cette pâte qui me permet d’écouler mon pain dur, faisant de cette recette une super solution en cas de stock de pain trop important! Vous pouvez garder la recette de la pâte pour toutes vos recettes de tarte salée, elle est très bonne et rapide à faire. 
 
Si comme moi vous voulez réduire le gaspillage alimentaire, voici donc mes petits conseils pour utiliser le vieux pain, en plus de cette pâte à tarte. Vous pouvez bien sûr en faire des puddings sucrés comme le pain d’chien du nord, ou la mixer pour obtenir de la chapelure. Il est aussi très bon coupé en dés revenus dans un peu de beurre et servis dans une soupe. Par contre, ne le donnez surtout pas aux oiseaux, contrairement à ce qu’on peut penser : le pain dur gonfle dans leur estomac, et peut les blesser! 
 
  

Tarte poireaux reblochon

 
Pour la pâte 
  • 200 g de pain rassis
  • 2 oeufs
  • 20 cl de lait
  • 75 g de parmesan râpé
  • 3 c. à s. de gruyère râpé
  • 1/2 c. à c.  de muscade
  • Poivre
Pour la garniture
  • 4 petits poireaux
  • 125 g de reblochon
  • 2 oeufs
  • 5 cl de crème fraîche
  • 5 cl de lait
  • 1 pincée de muscade
  • Sel, poivre
Préparez la pâte :
Battez les œufs avec le lait, ajoutez le parmesan, la muscade et le poivre.
Émiettez grossièrement le pain et incorporez-le à la préparation précédente.
 
Laissez gonfler 15 minutes.
 
Mettez le pain imbibé dans un moule à fond amovible tapissé d’un papier sulfurisé. Tassez bien.
 
Préchauffez le four à 180°C.
 
Précuisez cette pâte 15 minutes au four.
 
Pendant ce temps, préparez la garniture.
Nettoyez puis émincez les blancs des 3 poireaux. Faites revenir les poireaux dans l’huile et 5 cl d’eau une quinzaine de minutes. 
 
Dans un bol, battez les œufs, la crème et le lait. Assaisonnez à votre goût de muscade, sel et poivre puis versez le mélange dans la tarte. Réservez.
 
Répartissez les poireaux sur le fond de tarte une fois que celui-ci est précuit. versez par dessus le mélange aux œufs.
 
Découpez enfin le reblochon en tranches, que vous déposerez sur la quiche. 
 
Cuisez au four de 25 à 30 minutes.
 
 
Avec cette recette aux poireaux, je participe à Cuisinons de saison !
 
 

Petites crèmes à la confiture de clémentines corses

Aujourd’hui, je vous propose de réaliser une petite douceur qui m’a été inspirée par une île que j’aime beaucoup : la Corse! Lorsque j’ai visité la Corse, j’avais été séduite par la belle diversité de confitures que l’on pouvait trouver là bas : cédrat, myrte, mais aussi clémentines corses!

Je n’avais pas résisté à l’envie d’en ramener un pot de chaque, que voulez vous j’adore les souvenirs de voyage qui se mangent! Mais voilà, en fait, je ne petit-déjeune pas, et j’essaye de de limiter les crêpes uniquement à la chandeleur, donc chez moi, les confitures, il faut se creuser la tête pour les utiliser!

Du coup, avec mon petit pot de confitures de clémentines corses, j’ai voulu réaliser une recette et c’est celle-ci qui m’est venue à l’esprit. Si vous trouvez de la confiture corse, n’hésitez pas à vous jeter dessus. C’est une confiture à l’image de ces belles clémentines, sucrée, parfumée, sans amertume, douce et légèrement acidulée à la fois! La clémentine corse est d’ailleurs la seule clémentine française à bénéficier d’une IGP, c’est pour dire! Vous pouvez aussi demandez à quelqu’un de vous en ramener de vacances, ou aller en Corse vous mêmes, vous serez séduits… Sinon, une autre confiture d’agrumes pourra sûrement fonctionner dans la recette.

La recette de cette délicieuse crème dessert et donc à l’image de cette confiture, vraiment savoureuse et parfumée. En plus, elle est magique car elle est très simple à faire avec quelques produits du placard!

  

P.S. : Si vous aimez la gastronomie corse, essayez le moelleux à la châtaigne, il est dément!

Petites crèmes à la confiture de clémentines corses

  • 110 g de confiture de clémentines corses
  • 3 œufs
  • 1 c. à s. de maïzena
  • 5 cl de jus de citron
  • 5 cl d’eau
  • 10 g de beurre

Dans un saladier, fouettez les œufs avec la confiture de mandarines. Délayez la maïzena avec un peu de jus délayé d’eau puis ajoutez le reste du jus. Versez dans le mélange précédent.

Faites chauffer la préparation aux œufs dans une casserole sur feu moyen en remuant régulièrement avec une cuillère en bois jusqu’à ce que le mélange épaississe. Ajoutez le beurre, mélangez et servez dans des ramequins. Laissez refroidir complètement et mettez au réfrigérateur jusqu’au service.

 

Avec cette recette a la clementicl, je participe à Cuisinons de saison !
 
 

Spécialité du Luxembourg : Gromperekichelcher ou galette de patates

Il y a quelques temps, je vous ai partagé une liste de spécialités culinaires en provenance des pays que j’ai eu la chance de visiter. Je me suis aperçue que j’en avais oublié un ou deux, donc il est temps de réparer cette erreur ! J’avais tout d’abord oublié de vous partager une recette en provenance du Luxembourg. Il n’a pas été facile de trouver une spécialité de ce joli petit pays, car sa gastronomie est peu connue chez nous, mais j’ai fini par trouver la perle rare !
 
Au Luxembourg, il existe une délicieuse spécialité, une galette de pomme de terres qui se nomme Grumpere Kirchechen, Gromperekichelcher ou encore Grampapa Kische. Vu la complexité de son nom, je suis sûre que vous avez d’abord imaginé un plat tout à fait étrange, mais finalement il n’en est rien! Les Gromperekichelcher sont simplement des galettes de pommes de terre à la Luxembourgeoise, qui peuvent rappeler les röstis. 
 
 
Ces galettes sont majoritairement dégustées lors de la Schueberfouer, une fête foraine annuelle se déroulant à Luxembourg qui est l’une des plus importantes d’Europe. On en trouve aussi sur les marchés de Noël, à déguster directement sur place pour se réchauffer.
 
Ces galettes sont réalisées avec de la pomme de terre râpée et mélangée avec de l’échalote et du persil. Quand je les ai réalisées, l’odeur des pommes de terre frites et des échalotes qui rissolaient dans ma cuisine a suffi à me donner faim immédiatement. Je peux vous dire que le résultat est délicieux. Ces galettes sont croustillantes dehors, fondantes dedans, certes pas light mais vraiment très bonnes! 
 
J’ai lu que les luxembourgeois trempaient ces galettes dans une sauce aux pommes. De mon côté, j’ai préféré les accompagner d’une sauce curry, mais du ketchup ou une mayonnaise pourront aussi très bien faire l’affaire, faites selon vos goûts!
 
 
 
 
P.S. : Quitte à partir dans un menu de fête foraine pas du tout équilibré, pourquoi ne pas accompagner ces galettes d’une saucisse au fromage?

Gromperekichelcher

 
Pour 2 personnes
 
  • 300 g pommes de terre
  • 1 échalote
  • 1 oignon
  • 1 gousse d’ail
  • 20 g beurre
  • 1 c. à s. de farine
  • 1 œuf
  • 4 cl d’huile
  • 20 g de persil
  • 1 pincée de muscade
  • Sel, poivre
 
Lavez les pommes de terre, pelez-les et les râpez. Mettez-les dans un torchon pour que l’eau puisse s’écouler. Epluchez les oignons et les échalotes et hachez-les bien. Lavez le persil, séchez-le et coupez-le bien. 
 
Mettez les oignons et les échalotes dans un bol à mélanger, ajoutez le persil et l’œuf et bien mélanger. À la fin, ajoutez la farine, mélangez avec le sel et le poivre, une pincée de muscade. Pressez les pommes de terre si elles n’ont pas rendu toute leur eau, puis ajoutez les au mélange d’échalotes et d’œuf.
 
Dans une poêle, chauffez l’huile fortement. Ensuite, déposez une cuillère à soupe de pâte de pommes de terre dans la casserole et aplatissez-la. Faites cuire de chaque côté pendant 3 minutes. Mettez sur une serviette en papier. Recommencez jusqu’à avoir utilisé toute la pâte.
 
 
Source d’inspiration :
http://www.visitluxembourg.com/fr/adresse/localproducts/gromperekichelcher
 
Avec cette recette aux pommes de terre, je participe à Cuisinons de saison !
 
 
 

Dip carotte kiri

Bien que j’aie un blog de cuisine et que je cuisine donc beaucoup, je ne fais pas partie de celles qui se plaignent que leur homme ne fait jamais rien de ce côté là! Statistiquement je cuisine certes plus que lui, mais il me fait régulièrement des spécialités délicieuses et n’hésite pas à innover pour me faire plaisir! Lors de mon dernier anniversaire, il m’avait notamment prévu un petit repas surprise, durant lequel il avait servi cette délicieuse tartinade.

Cette tartinade à la carotte est parfaite pour l’apéritif, pour y tremper légumes et morceaux de pain grillé, c’est d’ailleurs comme ça que nous l’avons consommée. La texture est bien crémeuse et un peu compacte grâce à l’utilisation de fromages Kiri, ce qui fait qu’on pourrait aussi la tartiner directement sur des tranches de pain, sur un bagel ou dans un sandwich, à la place de la mayonnaise.

J’ai beaucoup aimé la jolie couleur de cette tartinade et son petit goût, les épices peuvent facilement être remplacées par d’autres suivant ce que vous avez sous la main, et en saison si vous avez de belles herbes dans le jardin comme de la ciboulette ou de l’estragon, n’hésitez pas à les y ajouter!

 

 

P.S. : J’aime souvent proposer un trio de dips avec du pain pour l’apéro, vous pouvez par exemple prévoir aussi un  houmous à la betterave et un tzatziki!

Dip carotte kiri

  • 250 g de carottes
  • 4 portions de Kiri
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 2 c. à c. de paprika
  • 2 c. à c. de cumin
  • 2 pincées de coriandre en poudre
  • Sel, poivre

Épluchez et coupez grossièrement les carottes.
Mettez les carottes à cuire 20 minutes environ, jusqu’à ce qu’elles soient tendres.

Mixez les carottes et l’huile olive, en ajoutant progressivement le kiri afin d’obtenir une purée homogène et onctueuse.

Assaisonnez avec la coriandre, le sel, le poivre, le paprika, le cumin. 
Laissez refroidir et reposer au moins 1 heure au réfrigérateur avant de servir.

Avec cette recette aux carottes, je participe à Cuisinons de saison !
 
 

Spécialité d’Inde : pakoras

Souvent, les jours de pluie (ou de poisse), j’aime préparer un repas vraiment réconfortant. Dans ce cas, je me penche du côté des petites choses grasses à grignoter avec les doigts! Avec le retour du mauvais temps qui ne saurait tarder, je commence donc à réfléchir à des petites recettes gourmandes et faciles à faire!
J’adore les pakoras, je me jette toujours dessus au restaurant indien. A Lille nous avons aussi des chaînes de restauration rapide indiennes, et on y trouve des sortes de kebabs, mais où la galette est remplacée par un naan et la garniture par des pakoras végétariens. J’aime beaucoup cette variante qui est plus épicée et plus équilibrée (enfin, je crois) qu’un kebab!  Maintenant que je sais faire les pakoras, j’essayerai sûrement un jour ou l’autre de faire des sandwichs garnis comme ceux-là version maison!
D’ailleurs en Inde et au Pakistan, les pakoras sont vendus également comme street food. Ils peuvent aussi être servis comme une collation pour accompagner le thé pendant les fêtes ou tout simplement quand on reçoit des amis.
Les pakoras que je vous propose sont aux légumes, mais il existe de nombreuses variantes, j’espère avoir l’occasion de vous les faire découvrir petit à petit!
La réalisation des pakoras est assez simple, il suffit de préparer la pâte et ensuite de frire l’ensemble. Il est aussi important d’émincer bien finement les légumes pour obtenir le côté très irrégulier de ces beignets. La pâte est faite avec de la farine de pois chiches, elle est donc complètement sans gluten.
Servez vos pakoras aux légumes avec du chutney de mangue, de la sauce pimentée ou de la sauce au yaourt et à la menthe ( ou les 3!)
 
P.S. : Pour un menu indien, vous pouvez enchaîner sur un poulet korma!

Pakoras

Pour 6 pakoras
  • 40 g de chou finement haché
  • 30 g de carotte hachée finement
  • 30 g de chou-fleur finement haché
  • 30 g de poivron finement haché
  • 25 g de haricots verts finement hachés
  • 30 g  d’oignons hachés
  • 1 piment vert haché
  • 3 c. à s. de feuilles de coriandre hachées
  • ½ c. à c. de gingembre haché
  • 1/2 c. à c. d’ail haché
  • 70 g de farine de pois chiches
  • 7 cl d’eau (+ ou – )
  • 1 pincée de curcuma
  • 1 c. à c. de graines de Grenade
  • 1 pincée de piment rouge
  • 1 pincée de garam masala en poudre
  • Sel

Rincez, pelez et hachez finement toutes les légumes. Mettez-les dans un bol.
Ajoutez également les oignons hachés, les piments verts et le gingembre.
Ajoutez toutes les épices, y compris le sel. Mélangez le tout, puis ajoutez la farine.
Mélangez encore et mettez de côté pendant 5 minutes.
Ajoutez de l’eau progressivement. Mélanger jusqu’à obtenir une pâte épaisse mais fluide.
Faites chauffer l’huile pour la friture. Lorsque l’huile devient chaude, déposez des cuillerées de la pâte dans l’huile. Faîtes frire les pakoras.
Quand un côté est cuit et bien doré, retournez et faites frire de l’autre côté.
Retournez quelques fois et faites frire jusqu’à ce que les pakoras soient croustillants et dorés partout.
Enlever les pakoras de la friture. Égouttez-les sur des essuie-tout. Continuez de frire les pakoras par petites quantités de cette façon.

Velouté au topinambour et au bleu

Après les repas riches de Noël, est venu le temps de l’accalmie pour le foie et l’estomac! En cette période, j’ai souvent de grosses envies de légumes, et qui dit légumes dit soupes, surtout en hiver!

L’hiver est la saison idéale pour se régaler de légumes racines en tous genres, et parmi eux, j’ai une passion pour un petit oublié, le topinambour! J’adore son petit goût qui rappelle celui de l’artichaut!Le topinambour est d’ailleurs aussi appelé artichaut de Jérusalem.

Le topinambour est originaire d’Amérique du nord. Ce légume rustique est très bon pour la santé, il est notamment riche en vitamines minéraux et fibres et petit bonus, il est peu calorique!

Par sa texture et ses modes de préparation, le topinambour se substitue facilement à la pomme de terre dans les recettes, ce qui les allège au passage.

Dans cette soupe, le topinambour apporte sa texture extra et son bon petit goût, que j’ai eu envie de relever avec un peu de bleu de Bresse, un fromage que j’adore. C’est je pense, une belle façon de faire découvrir ce légume à ceux qui ne le connaîtraient pas.
Pour les plus gourmands, ce velouté sera parfait accompagné de belles tranches de pain de campagne, et pourquoi pas complété avec quelques brisures de noix.

 

P.S. : Si vous aimez le topinambour, ça tombe bien, j’ai aussi une belle recette de purée de topinambour à la truffe à vous proposer!

Velouté au topinambour et au bleu

  • 300 g de topinambours
  • 200 g de pommes de terre
  • 75 cl d’eau
  • 1 cube de bouillon de légumes
  • 65 g de bleu de Bresse
  • 85 g de baguette
  • 15 g de cerneaux de noix
  • 15 g de beurre
  • 2 c. à s. d’huile
  • 1 c. à s. d’ail haché
  • Sel

Dans une grande casserole, faites cuire 30 minutes départ eau froide les topinambours, avec le sel et le cube de bouillon.

Lorsque les topinambours sont tendres, ajoutez le bleu de Bresse et mixez.

Faites revenir le pain coupé en dés avec l’ail et les cerneaux de noix dans le beurre et l’huile une à deux minutes pour les dorer légèrement, et déposez-en un peu sur chaque bol de soupe.

Avec cette recette aux topinambours, je participe à Cuisinons de saison !
 
 

 

 

Crème pâtissière végétale à la vanille

Ces derniers temps, j’aime expérimenter les alternatives végétales aux recettes de base. Je ne pense pas abandonner les produits laitiers ou les œufs, mais j’ai plusieurs raisons de vous proposer une version végétale d’un classique comme la crème pâtissière sur ce blog. Cela peut bien sûr intéresser les vegans ou végétaliens, mais il y a aussi les allergiques, ou simplement ceux qui subissent la crise du frigo vide, vous savez, quand vous voulez faire une recette mais qu’il vous manque un ingrédient clé et que vous avez la flemme de sortir faire des courses. 
 
J’ai donc testé cette recette de crème pâtissière, que je n’ai pas mangée telle qu’elle mais incorporée dans une frangipane. Je l’ai néanmoins goûtée nature et je dois dire que sans être 100% identique, elle est très bonne et très proche de la version aux œufs et au lait ! Une fois mélangée à la crème d’amandes par contre, la différence était indétectable pour moi. Cette recette est donc LA solution pour tous ceux qui cherchent une crème pâtissière sans œufs et sans lait!
 
 
Je suis super contente de partager cette recette flexible et facile à faire. Ma version contient une gousse de vanille, qui parfume délicieusement l’ensemble. J’ai utilisé de la vanille qui provient de chez David Vanille. Les gousses sont magnifiques, humides et surtout, terriblement parfumées, cela n’a rien à voir avec celles que l’on trouve dans les supermarchés! Si vous voulez découvrir sa sélection de vanilles c’est par ici!
 
Le curcuma est facultatif, il ne sert qu’à apporter une couleur jaune qui rappellera la crème pâtissière aux œufs. Suivant l’utilisation que vous prévoyez pour cette crème pâtissière, vous pouvez la parfumer avec un peu de cannelle ou de gingembre ou y ajouter des arômes de votre choix.
 
  
 
P.S. : Si vous cherchez un dessert à la vanille, regardez aussi ces crèmes au lait concentré
 

Vous voulez commander des gousses de vanille? Un code promo rien que pour vous!

 
Pour ceux et celles qui auraient envie de tester les gousses de vanille de super qualité que j’utilise dans toutes mes recettes, je vous propose un code promo pour vous permettre d’en recevoir à tarif réduit! Il s’agit d’une réduction de 10%, valable lors de l’achat de 69€ sur le site  www.DavidVanille.com. Pour cela, saisissez le code VANILLE lors de la validation de votre commande!

Crème pâtissière végétale à la vanille

 
  • 60 cl de boisson d’avoine ou autre boisson végétale
  • 25 g de fécule de maïs
  • 100 g de sucre roux
  • 1 c. à s. d’huile de tournesol
  • 1 gousse de vanille
  • 1 pointe de curcuma
 
Portez le lait végétal à ébullition dans une casserole avec le sucre, l’huile et la gousse de vanille fendue en 2 et grattée, ainsi que les graines obtenues. Placez la maïzena dans un saladier et ajoutez-y peu à peu le lait bouillant en battant au fouet au fur et à mesure pour éviter les grumeaux. Ajoutez la pointe de curcuma pour jaunir légèrement la préparation. Replacez la préparation obtenue dans la casserole et remettez sur le feu. Laissez épaissir sur feu doux en comptant 2 minutes à partir de l’ébullition. Couvrez la crème d’un film et laissez refroidir 30 minutes minimum avant utilisation.  Remuez-la pour qu’elle ne fasse pas de croûte.
 
 
Source d’inspiration :

Mes recettes favorites de one pan pasta

Vous aimez les plats de pâtes rapides à faire et qui ont du goût ? Vous n’avez peut-être pas encore eu l’occasion de tester, mais le « One pan pasta » ou « One pot pasta » est fait pour vous !

Le principe ? Cuire les pâtes, les légumes et tous les condiments dans une seule et même casserole (d’où le nom ^^). Une technique bien utile pour faire des économies de vaisselle, mais surtout de temps !
Pas besoin de précuire les tomates, courgettes et autres accompagnements pendant que les pâtes remuent dans l’eau bouillante. Avec le One pan pasta, on jette tout (y compris les pâtes crues) dans la marmite et on patiente tranquillement. Les pâtes vont se gorger de l’eau versée dans la casserole et les ingrédients supplémentaires vont former une sauce crémeuse grâce à l’amidon contenu dans les pâtes.

C’est rapide, facile, très bon. Si comme moi, vous êtes convaincu(e)s, découvrez mes recettes juste en dessous!

One pan pasta à l’aubergine épicée

one-pot-pasta-aubergine-epicee

One pan drunken pasta

one-pot-drunken-pasta-2

One pan pasta aux saucisses et piment

One pan pasta au potimarron, parmensan et sauge

One pan pasta thaï épicée

Et vous, vous avez déjà cette méthode de préparation des pâtes? Vous aimez?