Navets au saké

Lorsqu’on ne vit pas au Japon (comme moi) et qu’on essaye de cuisiner des recettes japonaises (comme moi aussi), les ingrédients peuvent être parfois un problème. Bien sûr, on trouve de la sauce soja partout, et des feuilles d’algue nori à peu près facilement au rayon cuisine du monde du supermarché, grâce à la popularité croissante de la nourriture asiatique en général et de la cuisine japonaise en particulier.
  
Mais quand on part vers le mirin ou le saké, ça se complique déjà un peu! Et là où ça devient vraiment le parcours du combattant, c’est quand il faut trouver des produits frais de là-bas! Il existe par exemple au Japon un légume racine nommé le gobo, que l’on traduit chez nous par grande bardane. Je n’en ai jamais vu dans un seul magasin, et pourtant nous avons un grand choix d’épiceries asiatiques! Je ne crois pas non plus en avoir vu à Paris dans le quartier chinois, mais j’y vais moins souvent donc je ne suis pas sûre, il faudra que je vérifie.
En attendant, j’avoue que je me jette sur les recettes japonaises ou japonisantes quand celles-ci ne demandent que de simples ingrédients que l’on trouve partout! C’est le cas ici puisque cette recette est à base de navets, que l’on trouve facilement et dont je ne sais jamais quoi faire en prime!
Dans cette recette, on accentue la douceur naturelle du navet avec une touche de sucre. Le seul ingrédient un peu compliqué à trouver sera peut être pour certains le saké. Si besoin vous pouvez le remplacer par un alcool blanc ou alcool de fruit dilué dans de l’eau pour en diminuer le degré alcoolique, du vinaigre de riz, ou encore un vin blanc sucré. Il faut savoir que le saké n’apporte qu’une saveur subtile et légèrement sucrée, vous pouvez donc sûrement le supprimer totalement, surtout dans une recette où il en faut aussi peu!

Ces navets sont franchement une super découverte! Moi qui n’ai pas d’attrait particulier pour ce légume, je m’en suis régalée!

P.S. : Pour un repas japonisant et léger, vous pouvez également tester cet avocat caramélisé, une super découverte pour moi!

Navets au saké

  • 2 navets épluchés et coupés en dés
  • 1 c. à s. de saké
  • 1 c. à s. de sauce soja
  • 1 gousse d’ail
  • 1 pincée de sucre
  • 1 c. à c. d’huile d’olive
  • 1 c. à c. de coriandre fraîche
Mélangez le saké, la sauce soja, l’ail écrasé, le sucre.  Saisissez le navet dans l’huile à feu vif 5 minutes. Ajoutez le mélange à la sauce soja, prolongez la cuisson de 5 minutes. Ajoutez la coriandre et servez.

Spécialité de Suède : Kokosböllar

Voilà longtemps que je suis attirée par la cuisine nordique, et je possède une belle petite collection de livres sur la gastronomie suédoise notamment, constituée au fil de mes voyages et de ceux de mon frère qui essaye de me ramener un souvenir culinaire des pays qu’il visite…
Mais pour apprendre la cuisine d’un pays, il n’y a rien de mieux que de le faire au contact de ses habitants. Il y a quelques temps, j’ai eu la chance de participer à un atelier de cuisine suédoise, réalisé par des expatriés suédois qui partageaient leurs propres recettes, leurs secrets de famille… C’était vraiment le top, instructif et pédagogique tout en étant très convivial et dépaysant! J’ai adoré cette journée, et j’en ai ramené deux recettes délicieuses! Des kannelbüllar que je vous ferai découvrir un autre jour et de délicieuses kokosböllar que je vais vous proposer aujourd’hui!
Il s’agit de sortes de boulettes au chocolat enrobées dans de la noix de coco, un peu comme des truffes mais sans le kilo de beurre!
C’est un très joli petit dessert, facile à faire, idéal pour organiser un atelier cuisine avec des enfants. Et ensuite, on les mange avec les doigts, bref c’est vraiment un dessert que les enfants vont adorer!
P.S. : Les Suédois sont aussi les rois de la boulette en version salée, la preuve avec ces kottbullar!
  

 Kokosböllar

  • 90 g de beurre
  • 80 g de sucre en poudre
  • 1 c. à s. de sucre vanillé
  • 2 c. à s. de cacao
  • 110 g de flocons d’avoine
  • 1 c. à c. de café bien fort et refroidi
  • 30 g de noix de coco en poudre + 50 g pour rouler les boules

Mélangez le beurre mou et le sucre jusqu’à obtention d’un mélange bien homogène. Ajoutez les flocons d’avoine, 30 g de noix de coco, le cacao, le sucre vanillé et le café puis mélanger de nouveau.

Façonnez des boules, et  roulez-les dans la noix de coco restante.

Mes meilleures recettes de gâteaux sans lait

Si je ne suis pas une grande pâtissière, j’aime avoir de bonnes recettes de gâteaux familiaux à préparer le week-end pour égayer les desserts. Qu’ils soient aux fruits, au chocolat ou au caramel, la base des gâteau est souvent composée d’œufs, de beurre, de sucre, de farine et de lait. Mais quand il nous manque l’un de ces ingrédients, il n’est pas impossible de s’en sortir! Aujourd’hui je vous donne ma sélection de gâteaux qui ne nécessitent pas de lait, pour quand vous avez une envie urgente de gâteau et aucune envie de courir au supermarché! Pour faire encore plus simple, ils sont aussi sans crème, ricotta ou fromage frais!

Moelleux à la châtaigne

gateau-corse-chataigne

Brookies

brookies

Carrés au citron et gingembre

carres-citron-gingembre

Brownie au Nutella

brownie-nutella-2

Brownie mexicain

brownie-mexicain-2

Moelleux à la pistache

moelleux-pistache

Gâteau au chocolat sans œufs, sans lait, sans beurre

gateau-chocolat-sans-rien-3

Namandier

namandier-poires

Blondie au Galak et spéculoos

blondie-galak-speculoos-2

 

Gâteau fondant au citron et sucre perlé

gateau-citron-sucre-perle-2

Fondant au chocolat à la compote de pommes

gateau-chocolat-sans-beurre-2

 

Chips d’épluchures de pommes de terre

Ces derniers temps j’aime faire du recyclage alimentaire, et même si certaines idées peuvent sembler un peu folles comme ce gâteau aux épluchures de banane, à chaque fois que j’ai essayé d’utiliser les parties habituellement non consommées d’un légume ou d’un fruit, je n’ai pas été déçue!

J’ai déjà pas mal tendance à manger les épluchures de pommes de terre en même temps que les pommes de terre. Notamment quand on les cuisine en frites, je trouve que garder la peau leur donne du goût et du croquant… Partant de là, pourquoi ne pas réaliser des chips uniquement à base des épluchures de pommes de terre ?

Je dois dire que le résultat est franchement top! Délicieux, croustillant… La prochaine fois que vous épluchez vos pommes de terre, pensez à arder les épluchures et à vous faire ce petit régal pour l’apéro! Attention en utilisant la friteuse, la température ne doit pas être trop haute, sinon les pelures brûleraient au lieu de cuire.

Si vous avez des recettes originales à bases de parties « non comestibles » d’un aliment : soupe de fanes de radis, d’orties ou brochettes de cartilages de poulet (oui oui ça existe, et oui, j’ai testé), n’hésitez pas à m’en parler, je suis ouverte à tout découvrir, ou presque !

 

Chips d’épluchures de pommes de terre

  • Pommes de terre
  • Sel, poivre
  • Paprika
  • Herbes de Provence

Nettoyez bien les pommes de terre, puis pelez-les soigneusement, à l’aide d’un économe en essayant de prendre des pelures épaisses.
Rincez les pelures et égouttez-les dans un papier absorbant.

Amenez votre friteuse à 160°C. Plongez les pelures dans l’huile :
une immersion rapide suffit.
Une fois les pelures saisies correctement mais pas trop cuites, épongez-les sur un papier absorbant.
Salez, poivrez et ajoutez les herbes et le paprika, puis servez immédiatement.

 

One pot pasta au potimarron, parmesan et sauge

Quand j’ai vu sur le site de Baba Kitchen un plat de pâtes qu’elle définissait comme le meilleur de sa vie, je vous assure que j’étais interloquée : j’adore les pâtes, j’adore le potimarron, j’adore le parmesan… Son plat contenait tout ça à la fois et si elle disait que c’était le meilleur plat de sa vie, comment résister à l’envie de le goûter?
J’ai la lubie des « one pot » depuis que cela existe, je trouve que cette méthode donne un crémeux vraiment incomparable aux pâtes, et comme en plus ça salit moins de vaisselle, j’ai tendance à onepotiser ( je mets un copyright sur ce terme) tout ce que je trouve! Donc je me suis dit que j’allais tester cette recette en version onepotisée!
Je confirme que ce plat était vraiment top : crémeux, goûteux, parfumé, une texture de rêve avec les morceaux de potimarron… Si vous ne l’avaez pas encore compris, vous devez tester ce plat tout simple et vraiment sympa !
Et si vous ne l’avez pas encore fait, profitez-en pour aller découvrir le blog Babakitchen!
 
P.S. : Si vous aimez les découvertes culianres, tentez ce drunken one pan pasta, promis vous ne finirez pas ivres!

One pot pasta au potimarron, parmesan et sauge

Pour 2 personnes
  • 80 g de parmesan
  • 300 g de potimarron coupé en cubes
  • 25 g d’huile d’olive
  • 35 cl d’eau
  • 20 cl de lait
  • 15 g de beurre
  • 1 pincée de sel
  • 200 g de pâtes
  • 1 c. à s. de sauge
  • 1 oignon
Hachez l’oignon et faites-le rissoler dans une cocotte avec l’huile d’olive, ajoutez le potimarron coupé en dés.
Poivrer, couvrez la cocotte, baissez le gaz et poursuivez la cuisson 5 minutes environ.
Ajoutez les pâtes et l’eau, le lait et le beurre, et prolongez la cuisson jusqu’à ce que les pâtes soient cuites, soit une dizaine de minutes. Ajoutez le parmesan, rectifiez l’assaisonnement et servez.
Source d’inspiration :

Gombolaya

Connaissez-vous le gombo ou okra?

Ce légume exotique ressemble à un long piment poilu en apparence. Originaire d’Égypte avant de se développer aux États-Unis et en Europe, le gombo contient un liquide gélatineux qui peut dérouter au premier abord, mais qui est très intéressant pour donner de la consistance à des jus ou bouillons!

gombolaya
J’en ai trouvé dans une épicerie asiatique et je n’ai pas pu résister à la tentation d’en acheter sans savoir quoi en faire au premier abord.
Pour découvrir ce légume, j’ai choisi de le cuisiner dans un plat mijoté inspiré du jambalaya au chorizo.
Ce plat se sert accompagné de riz basmati pour un repas complet, et c’est un régal !
Pour une version végétarienne de ce plat, utilisez du chorizo végétal ou supprimez-le totalement du plat!

 

P.S. : Si vous adorez comme moi le chorizo dans les ragoûts, en voici un autre super bon ici!

gombolaya-3

Gombolaya

  • 100 g de chorizo
  • 150 g de poivron multicolore
  • 600 g d’okras
  • ½ oignon
  • 2 gousses d’ail
  • 37,5 cl d’eau
  • 1 cube de bouillon de volaille
  • 400 g de pulpe de tomate
  • ½ c. à c. paprika
  • ¼ c. à c. de piment de cayenne
  • 200 g de riz basmati
  • Sel, poivre

Pour servir 

  • 2 c. à s. de coriandre fraîche

Faites revenir le chorizo coupé en rondelles dans une poêle profonde. Laissez le jusqu’à ce qu’il soit bien doré.

Émincez le poivron, les okras, l’oignon, émincez l’ail. Ajoutez tout dans la poêle, faites cuire 5 minutes, puis ajoutez la pulpe de tomates, le bouillon de volaille et le riz .

Ajoutez les épices et mélangez bien.

Couvrez et cuisez à feu moyen pour 15 minutes.

Ajoutez la coriandre et mangez tout de suite.
gombolaya-2

Source d’inspiration : http://www.theveggiegirl.com/2014/03/04/vegan-crockpot-jambalaya/

Tarte amandine aux pommes et à la cannelle

Ce délicieux dessert est une variante des tartelettes amandine à la poire, mais comme le titre l’indique, à la pomme. Imaginez-vous une pâte feuilletée couverte d’une crème d’amandes, sur laquelle sont déposées des pommes en fines tranches qui caramélisent à la cuisson…
La tartelette amandine est une spécialité française, et que ce soit à la pomme ou à la poire (sa recette la plus traditionnelle), quand on aime l’amande, on ne peut que se régaler. La crème d’amande est riche et dominante. La saveur des pommes est présente quand même, ne vous méprenez pas, mais elle est valorisée et transformée par sa cohabitation avec l’amande.
Cette tarte est vraiment un classique irremplaçable à mes yeux pour ses multiples saveurs et son mélange de textures mais surtout, pour la douceur nostalgique qui se dégage de l’ensemble!
  
P.S. : Si après ça vous encore envie de pommes ou de poires, jetez vous sans plus attendre sur ce crumble pommes poires, une autre recette à tomber!

Tarte amandine aux  pommes et à la cannelle

  • 1 pâte feuilletée
  • 5 pommes
  • 100 g de sucre
  • 100 g de poudre d’amandes
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 70 g de beurre fondu
  • 1 œuf + 1 jaune
  • 2 c. à s. de rhum
  • 2 c. à s. de cassonade
  • 1 c. à c. de cannelle
Dans un saladier, fouettez l’œuf et le jaune avec le sucre et le sucre vanillé, puis ajoutez la poudre d’amandes, 50 g de beurre fondu et le rhum et mélangez.
Étalez la pâte feuilletée et versez cette crème dedans.
Préchauffez le four à 180°C.
Epluchez les pommes, enlevez les cœurs et tranchez les en lamelles , puis disposez celles-ci sur la crème en formant une rosace. badigeonnez au pinceau avec le reste de beurre fondu
Saupoudrez avec la cannelle et la cassonade. Enfournez pour 35 minutes, laissez tiédir puis démoulez.
Source : Vie pratique gourmand
 

Comment faire aimer le chou-fleur aux enfants… et aux grands!

Tout comme les épinards ou les choux de Bruxelles, le chou-fleur fait partie des bêtes noires des enfants… et parfois des adultes aussi! Pourtant, c’est un légume qui a de multiples possibilités dont certains sont bluffantes! Pour convertir un réfractaire, je vous propose un plan en plusieurs étapes!

On fait manger du chou-fleur sans en avoir l’air…

Le chou-fleur sait se fait plus discret qu’on ne l’imagine. Dans ce gâteau au chou-fleur, il est indétectable et vous pouvez mettre vos convives au défi de trouver l’ingrédient secret… Ils ne le trouveront pas!

gateau-chocolat-chou-fleur-3

 

On continue avec une pâte à pizza au chou-fleur… Couverte de tomates, de mozzarella et de chorizo par exemple, qui soupçonnerait la présence du chou-fleur dans la pâte?pate-pizza-chou-fleur-2

Après ça, ils seront peut être assez bluffés pour accepter de goûter à ces cakes au chou-fleur, dont le gout doux et la texture peuvent plaire au plus grand nombre!

On camoufle le goût du chou-fleur…

C’est souvent le goût du chou-fleur qui peut rebuter mais celui-ci n’est pas si fort! On le camoufle donc avec des épices, comme le curry dans cette soupe au chou-fleur et curry

soupe-chou-fleur-curry-2

On utilise les grands moyens en noyant le chou-fleur sous du munster, un des fromages les plus parfumés qui existe, avec ce gratin de pommes de terre, chou-fleur et munster!

gratin-chou-fleur-munster-3

On camoufle sa texture..

Certains ont aussi du mal avec la texture du chou-fleur. Mais quand on le mixe, sa texture se transforme totalement, puisque ses bouquets se réduisent en petits grains : on obtient quelque chose qui rappelle le riz ou la semoule, comme dans ce chou-fleur sauté!

saute-chou-fleur

On emballe bien l’ensemble

Avec ces pop tarts salées chou fleur vache qui rit, le gout du chou-fleur est presque méconnaissable, mais c’est surtout la forme de petits chaussons qui va donner envie aux plus jeunes de dévorer ce plat!

pop-tart-sale-1

 

Voilà mes meilleures recettes qui utilisent le chou-fleur sous une forme détournée ou facile à apprécier pour les plus jeunes et les plus difficiles! Si vous cherchez des astuces pour faire manger des légumes aux enfants de manière générale, il y en a plein dans ce livre excellent :

Mes enfants aiment les légumes mais ne le savent pas : 50 recettes qu'ils vont adorer avec ou sans viande/poisson

Et vous, vous avez d’autres recettes « camouflage » pour faire manger du chou-fleur à tout le monde?

Purée de petits pois, scones aux pommes de terre et sauce pistache

La semaine dernière je vous ai parlé du superbe livre de Cléa, Recevoir en bio, que j’ai eu la chance de recevoir grâce au site Natura Sense.
Pour ceux qui ne connaissent pas cette boutique en ligne, Natura Sense propose plein de produits qui tournent autour du bien-être et de la santé par l’alimentation. Vous y trouverez notamment des extracteurs de jus, des robots… Et une super sélection de livres qui tournent autour du bio, de l’alimentation bien-être, de la déshydratation des aliments… De quoi apprendre à mieux s’alimenter et préparer ses produits !
J’avais choisi ce livre de Cléa parce qu’au-delà du fait qu’il est très graphique et visuellement réussi, il aborde un thème qui me tient à cœur. Quand on essaye d’avoir une alimentation saine, et aussi de réduire sa consommation de viande et de poisson, cela peut sembler difficile de préparer un repas en accord avec ces principes quand on reçoit, surtout pour les fêtes traditionnelles, comme Noël où tout le monde attend la dinde farcie à table!
Après avoir lu le livre de Cléa et parcouru les recettes, je dois dire que c’est mission accomplie. Franchement, même un carnivore endurci ne remarquerait pas forcément l’absence de viande à table tant ses menus font diversion par diverses techniques !
Il me tardait donc de tester une recette de son livre pour découvrir si en plus d’avoir des idées attirantes, celles-ci étaient bonnes à manger…
J’ai choisi une recette avec des ingrédients simples, comme beaucoup dans ce livre je vous rassure, à base d’un légume que j’adore : les petits pois !
J’ai adapté un ou deux détail de sa recette pour la rendre plus simple à réaliser et ajouter ma petite touche, mais je n’ai pas modifié les proportions.
Résultat des courses : comme je l’espérais, mon homme s’est régalé ! Pas à un seul instant il n’a suggéré que le repas manquait d’un bout de viande ou d’un œuf pour accompagner. Pas une fois il n’a reconnu les ingrédients « pour végétariens » comme la crème de soja ou la pâte de noix… Il n’a pas trouvé la purée plus fade que celles que je fais souvent au beurre ou à la crème fraîche, au contraire, il a adoré et en a redemandé!
On a eu un vrai coup de cœur pour la sauce à la pistache, originale, facile à faire et délicieuse ! Vous pouvez être sûrs que je la déclinerai dans d’autres recettes dès que possible ! Les scones étaient bien moelleux et gonflés, avec un petit goût de pois chiche très agréable.
Par rapport à la recette de base, J’ai remplacé cristaux d’huile de basilic de la purée par de la menthe séchée, et la purée d’amandes par de la purée de noix qui apporte du pep’s je trouve !
   

Purée de petits pois, scones aux pommes de terre et sauce pistache

 
Pour les scones
  • 125 g de pommes de terre cuite en purée
  • 2 c. à s. d’huile d’olive
  • 40 ml de lait végétal
  • 2 œufs
  • 50 g de farine de pois chiche
  • 150 g de farine de blé
  • 2 c. à c. de levure chimique
  • 20 g de parmesan râpé
Pour la purée
  • 600 g de petits pois frais ou surgelés
  • 15 cl de crème liquide végétale
  • 2 c. à s. rases de purée de noix
  • 1 c. à c. de menthe séchée
  • Sel, poivre
 Pour la sauce
  • 1 yaourt de brebis ou soja
  • 2 c. à c. de purée de pistache
  • 2 c. à s. de pistaches broyées et torréfiées
  • Sel, poivre
Préparez les scones. A la fourchette, délayez la purée avec l’huile, le lait, les œufs. Dans un saladier, mélangez la farine, la levure, le parmesan et une pincée de sel. Ajoutez-y la préparation liquide et mélangez jusqu’à obtenir une pâte homogène. Si la pâte colle, farinez légèrement.
Abaissez sur une épaisseur de 2 cm en un grand cercle, et coupez 8 parts triangulaires dedans.
Disposez sur une plaque de cuisson et faites cuire au four à 190°C pendant 18 minutes.
Pendant ce temps, faites cuire les petits pois 15 minutes dans de l’eau bouillante salée
Égouttez et mixez avec tous les autres ingrédients de la purée
Mélangez dans un petit bol les ingrédients de la sauce.
Servez la purée chaude avec deux scones tièdes par assiette et un peu de sauce.

Hot-dogs au relish et moutarde au miel maison

Je pense avoir déjà dit une cinquantaine de fois au minimum de fois que j’adore les hot-dogs. Je pourrais le porter sur un t-shirt ou mettre un poster dans mon salon tellement c’est vrai : j’adore les hot-dogs! Plus jeune je ne les aimais pas tant que ça par contre : le ketchup et la moutarde de la version de base ne me faisaient pas franchement rêver. Mais quand j’ai découvert qu’on pouvait en faire des variations au fromage, aux oignons, aux haricots rouges… J’ai commencé à beaucoup plus apprécier!
Quand j’ai pu ramener du hot-dog relish des États Unis, je suis littéralement devenue accro de ce condiment.  C’est étonnant qu’il ne soit pas plus connu chez nous en France, car ce mélange légèrement acide de concombres et d’épices est un véritable régal qui peut s’utiliser dans plein d’autres recettes… Mais aujourd’hui pas de digression, c’est bien dans un hot-dog que je vous propose d’utiliser le relish!
Il est possible de faire du relish maison en grandes quantités et de le conserver dans des bocaux stérilisés, mais là c’est une petite quantité parfaite pour les hot-dogs que je vous propose de faire! Si après ça vous êtes accro, vous pourrez toujours en faire plus!
  
P.S. : Si vous êtes lancés dans la réalisation d’un menu bien décadent, regardez aussi ces hot-dogs à la saucisse fourrée au fromage et bacon!

Hot dogs au relish et moutarde au miel maison

Pour le relish
  • 80 g de concombre émincé finement
  • 1 c. à c. d’huile végétale
  • 1 c. à c. de graines de moutarde
  • 1 cm de gingembre émincé
  • 1/2 c. à c. de curcuma
  • 1 pincée de muscade
  • 5 cl de vinaigre de riz ou de cidre
  • 1 c. à s. rase de sucre poudre
Pour la moutarde au miel
  • 2 c. à s. de moutarde à l’ancienne
  • 1 c. à c. de miel liquide

Pour le hot-dog

  • 30 g de gouda râpé
  • 2 buns
  • 2 grosses saucisses type knacks de lorraine

Faites revenir l’huile et les graines de moutarde 2 minutes dans une casserole.  Ajoutez les épices du concombre et faites revenir 2 minutes de plus. Ajoutez le vinaigre et le sucre et amenez à ébullition.
Coupez feu, ajoutez le concombre émincé, mélangez et réservez.
Tranchez à moitié saucisse, déposez à l’intérieur le gouda râpé. Maintenez fermé à l’aide de cure dents.
Mélangez la moutarde et le miel.
Tartinez les pains avec cette moutarde au miel, puis déposez du relish.
Faites dorer les saucisses à la poêle et mettez dans le pain.

 
 Source d’inspiration :

http://www.myrecipes.com/recipe/chicago-char-dog-fresh-cucumber-relish