Mon top 5 des burgers à Lille

Alors que 2014 est annoncée comme l’année de la boulette, les restaurants de burgers continuent à fleurir et se portent très bien par chez nous.  Mon homme et moi nous faisons un véritable chemin de croix de tester toutes les adresses qui se présentent à nous dans le domaine. Voici la sélection de nos 5 adresses préférées à Lille, qui sera suivie prochainement d’une deuxième liste ( ou d’un top 10!) tellement nous avons de bonnes adresses en stock!
meilleurs-burgers-de-lille

1. Le Cut


Cette adresse propose des burgers et des bricks, mais les bricks on s’en fout je n’ai jamais testé.  Les burgers sont très bons, une viande goûteuse et de qualité, des parfums variés… Bref je n’ai jamais été déçue. Le restaurant a deux adresses, je recommande celle rue de Puebla où l’ambiance est très sympathique.
Le Cut, 31 rue de Puebla à Lille

2 – Le Basilic café

Le Basilic Café, c’est d’abord un très bon brunch le dimanche, que l’on peut assortir d’un burger excellent. Ensuite on peut manger ces mêmes burgers sans brunch le reste de la semaine. Le burger de la maison, le TOUBIB (The Original Unique Basilic Incredible Burger) est un vrai remède contre tous les maux, et le burger au saumon est excellent aussi, pour ceux qui pensent que burger et viande peuvent être dissociés sans y laisser leur âme.
A noter : le Basilic Café qui fait un menu burger a volonté les jeudis. Je vais m’empresser de le tester !
Le Basilic a 2 adresses, ma préférence va pour celle place du concert. La salle est plus petite mais le cadre est beaucoup plus sympa.
Le Basilic Café, 10 rue du Pont-neuf à Lille

3. Le Bellerose


Burgers excellents, bière éponyme délicieuse (une de mes préférées), il ne manquerait plus que le retour des potatoes et du monster monster & monster (burger triple) pour que ce challenger monte en flèche dans mon classement!
Le Bellerose, 8 rue Royale à Lille.

4. Le Bun’s Bazaar


Lieu très sympa, choix de burgers très larges, un des premiers à s’être installés sur Lille et qui ne déçoit toujours pas! La version XL des burgers est parfaite pour les appétits « significatifs ».

Le Bun’s Bazaar, 45 rue Lepelletier à Lille.


5. Le B

Moins d’un an que cette adresse a ouvert rue de Gand, et ils comptent déjà dans la place. Les bagels offrent une alternative sympa à ceux qui en ont marre des burgers, et ici, tout est fait maison : frites, mayonnaise, gâteaux… on se régale! Reste à améliorer la technique pour les frites (restaurer celles aux patates douces?), pour devenir vraiment une adresse parfaite!
Le B Burgers and Bagels, 11 rue de Gand à Lille



Pizza breakfast et pizza boulettes

Vous le savez bien, l’un des dangers du couple c’est la routine. Nous essayons de garder ça en tête et c’est pourquoi nous avons choisi de faire des pizzas à la place de ce qui commençait à devenir la traditionnelle soirée burgers. Oui, il faut ce qu’il faut pour sauver son couple.
IMG_0537

La pâte était maison; je pars toujours de la technique de chef Simon. Je ne sais pas si les italiens la valideraient, mais nos estomacs l’ont testée et approuvée et depuis je ne veux pas prendre le risque d’en tenter une autre et de la rater, donc je persévère avec celle-ci.

La pizza Breakfast était une idée qui me trottait dans la tête depuis un moment. Je suis ravie de l’avoir tentée car même si cela peut sembler un peu forcé de mettre des haricots blancs sur une pizza, cela fut fameux et pas plus indigeste qu’une savoyarde avec patates. Les haricots utilisés sont des Heinz importés d’Angleterre. La sauce tomate est légèrement sucrée.

La deuxième pizza était une pizza boulettes, plus classique peut être mais excellente aussi avec les boulettes maison.

Pâte à pizza

Étant donné que je n’ai fait aucun ajustement à la recette originale, je vous invite à aller la consulter directement ici :
IMG_0556
IMG_0558

Pizza Breakfast

  • 1 pâte à pizza
  • 1 petite boite de haricots à la tomate Heinz
  • 1 saucisse de Francfort
  • 2 œufs (ou autant que de mangeurs)
  • mozzarella râpée
  • 2 tranches de poitrine fumée
Sur la pâte à pizza, étalez les haricots blancs à la tomate, en nappant bien la pâte avec la sauce des haricots.
Ajoutez la saucisse en rondelles, les tranches de poitrine coupées en 2, les œufs, et saupoudrez de mozzarella râpée.
Enfournez à 200°C pour 10 à 15 minutes, dégustez immédiatement.
IMG_0579
IMG_0602
IMG_0614
IMG_0618

Pizza Boulettes

  • 1 pâte à pizza
  • 2 steaks hachés
  • 100 g de chair à saucisse
  • 1 c. à soupe d’herbes de Provence
  • 1 c. à café de moutarde
  • 1 c. à soupe d’échalote émincée
  • 2 c. à soupe de sauce au poivre
  • 2 tomates
  • 2 c. à s. de mozzarella râpée
Préparez les boulettes en mélangeant le bœuf haché, la chair à saucisse, la moutarde, les herbes de Provence, l’échalote.
Passez les boulettes à la poêle, dans un peu d’huile jusqu’à ce qu’elles soient bien dorées.
Nappez la pâte à pizza de sauce au poivre.
Ajoutez les tomates coupées en rondelles, les boulettes, saupoudrez de mozzarella râpée.
Enfournez à 200°C pour 10 à 15 minutes, dégustez immédiatement.
IMG_0544
IMG_0550
IMG_06242

Un jeu concours, ça vous tente?

Pour fêter le lancement de ce blog, mes premiers lecteurs et mes 100 premier(e)s abonné(e)s sur Hellocoton, je vous propose ce premier jeu concours !

Vous pourrez remporter un joli coffret culinaire composé par moi même rien que vous!

 jeu-concours

Le coffret comprendra :

Le livre 365 jours de recettes (il a la forme d’un calendrier avec une recette par jour)
Quelques accessoires de cuisine : une Maryse, un moule a œufs, une petite boite en forme de cœur
Quelques délices a découvrir : des chips Lantchips ( une marque anglaise), du Pastador et du Café du Ch’ti, pour vous faire découvrir un produit bien de chez moi!
Et enfin, une planche d’autocollants et tout plein d’ondes positives 🙂

jeu-concours2

Pour participer, c’est super simple!

Il vous faudra poster deux commentaires sur mon blog ( directement sur le blog, et non via Hellocoton, sinon je ne vais pas m’y retrouver!)
– un commentaire sur l’article de votre choix
– un commentaire sur cet article pour m’indiquer que vous participez!
Mettez bien le même e-mail sur les 2 commentaires pour que je sache que c’est la même personne bien sûr 🙂
Le concours démarre maintenant et durera jusqu’au 16 mars!!

Mon top 10 des pâtisseries indétrônables

Si vous avez suivi un peu ce blog précédemment, vous savez que j’aime la junk food, et notamment les plats salés, burgers, meatballs et américains en tous genres. Il est donc temps de rétablir la vérité, j’aime aussi le sucre. Voici mon top 10 des meilleurs desserts testés à ce jour.  Cheesecake

1- Les pastéis de nata

Les touristes font la queue dans certaines boutiques à Lisbonne pour s’en gaver, et une fois qu’on a testé, on ne peut qu’approuver. Les pastéis de nata élèvent le flan au rang de dessert gastronomique, et m’ont définitivement convertie à la cannelle.

2 – Le cheesecake aux fruits rouges

Je suis tellement accro au fromage que même en version sucrée j’en suis dingue… Les meilleurs que j’ai mangés étaient évidemment aux Etats-Unis, mais heureusement avec la mode du burger, chaque restaurant s’essaye maintenant à sa recette de cheesecake en France, pour mon plus grand bonheur.

3 – La panna cota

Un véritable bonheur tout doux, super facile à réaliser et encore plus à manger… comme le cheesecake, il se décline à l’infini et peut même se targuer de certaines versions plutôt light.

4 – Le riz au lait à la cannelle

Comme les pastéis de nata, ma passion pour le riz au lait à la cannelle vient d’un voyage au Portugal. Ma mère qui est une sacrément bonne cuisinière, avait une version assez compacte du riz au lait, qu’on tartinait de confiture pour ne pas s’étouffer en le mangeant. C’était bon mais pas fou non plus. Version portugaise, plus laiteux, plus crémeux et couvert de cannelle, j’ai failli m’évanouir de bonheur en le testant! Depuis je me suis acheté un livre de cuisine contenant la fameuse recette du arroz doce, j’ai effectué moi même la laborieuse traduction, et j’ai conservé cette fameuse recette comme MA version du riz au lait!

5 – Le gâteau aux petits beurres

Ce monstre fourré à la crème au beurre et roulé dans le café vous file immédiatement une crise de diabète. Personnellement je l’aime dans une version un peu plus légère dont je garde un souvenir d’enfance, une version où la crème au beurre était remplacée par de la danette au chocolat

6 – La tarte poire chocolat

Peut-être le premier dessert que j’ai appris à réaliser par moi même quand je me suis installée dans mon premier appartement, et je m’en lasse pas. Je ne suis pas une fan du chocolat accompagné de fruits, ce dessert étant l’exception indispensable qui confirme la règle.

7 – Le ch’tiramisu

Le tiramisu c’est dingue, mais avec des spéculoos à la place des biscuits cuiller, ça devient tout bonnement démoniaque. Et en plus ça permet s’assumer ses racines nordiques, alors pourquoi s’en priver?

8 – Le gâteau basque aux amandes

Le vrai gâteau basque est à la confiture de cerises noires et non amandes, chose qu’on ignore souvent. Avec la pénurie de cerises noires, la version aux amandes est venue s’installer au fil du temps, pour mon plus grand bonheur. Je suis une dingue d’amandes, je pourrais tirer les rois tous les mois juste pour me gaver de galette. Le gâteau basque, avec sa crème onctueuse, est encore meilleur selon moi!

9 – Le coulant au chocolat

Un classique souvent imité et trop rarement égalé : le coulant au chocolat est à la carte de quasiment tous les restaurants, et malheureusement même quand il est prétendu maison, il l’est rarement… En version surgelé c’est pas mal non plus, mais rien ne vaut la préparation maison, ce petit trésor de tentation étant relativement facile à préparer!

10 – Le pain perdu au caramel

Le pain perdu, c’est un  véritable souvenir d’enfance pour moi, un des repas qu’on mangeait le dimanche soir quand y’avait plus rien dans le frigo et que ma maman avait la flemme de cuisiner un vrai repas… Petite, je le noyais dans le sucre, mais après quelques tests concluants, il est encore bien meilleur avec du caramel au beurre salé!

Spécialité de Belgique : Stoemp au panais, poireaux et saucisse

Vous connaissez le stoemp? Ce plat typiquement flamand n’est pas très connus ans nos régions, pourtant c’est un véritable régal, et même si je n’irais pas jusqu’à dire qu’il est diététique ( la quantité de crème ne trompant personne), c’est malgré tout un plat d’hiver plein de vitamines avec des légumes de saison!

Le stoemp, c’est la purée à la belge, cuite d’une manière qui présente le goût et lui donne un gout de plat de grand mère, comme un bon pot au feu ou une potée… Je m’étais régalée avec ce plat lors d’un week-end à Bruxelles et cela faisait longtemps que je voulais essayer de le refaire. Je me suis inspirée d’une recette classique que j’ai revisitée avec du panais et de la saucisse. C’est maintenant chose faite! Je vous recommande d’apprendre à le prononcer cuisiner dès maintenant!

Cette recette conviendra parfaitement aux régimes sans gluten.

 IMG_0854

Stoemp au panais, poireaux et saucisse

Pour 4 personnes

  • 250 g de pommes de terre (bintje) épluchées et lavées
  • 1 panais
  • 2 carottes
  • 300 g de blancs de poireaux nettoyés
  • 20 cl de crème fraîche entière
  • 10 cl de fond de volaille
  • 50 g de beurre
  • sel, poivre du moulin
  • 2 saucisses de Francfort
IMG_0852

Émincez finement les blancs de poireaux.
Dans une casserole moyenne, faites fondre le beurre, ajoutez les poireaux et les laisser doucement suer 5 mn.
Mouillez avec le fond de volaille et
la crème et ramenez à ébullition.
Salez légèrement.
Couvrez et laissez cuire doucement pendant 10 minutes.
Coupez les pommes de terre, carottes et le panais en gros morceaux et cuisez-les à l’eau salée quinze a vingt minutes.
Égouttez les poireaux et gardez-les en attente.
Remettez le jus de cuisson sur le feu, amenez-le à ébullition et laisser chauffer 5 a 10 minutes pour réduire le mélange d’1/3.
Retirez du feu, remettez les poireaux dans cette crème. Garder au chaud.
Les pommes de terre cuites,  égouttez-les, remettez-les dans la casserole et repassez-les 1 mn sur le feu sans couvercle en les secouant de temps en temps pour laisser échapper l’excès d’humidité.
Écrasez grossièrement les légumes.
Mélangez à la spatule les pommes de terre et les poireaux à la crème. Assaisonner de sel et poivre. Gardez en attente ou au bain-marie.
Coupez les saucisses en tranches, poêlez-les 2 minutes en mélangeant pour qu’elles soient dorées sur les 2 faces.

Servez immédiatement et mangez bien chaud.

 

IMG_0856

Comment réaliser un menu russe!

9255303518_bcd98d925f_c
Photo par Nataraj Metz @Flickr

La cuisine russe est assez peu connue chez nous, mais elle regorge de petits plats simples, savoureux et originaux à base d’ingrédients facilement trouvables par chez nous. Je vous rassure rien à voir avec le Kloug du père Noël est une ordure!

Pour épater vos invités avec une soirée à thèmes, ou simplement pour le plaisir de la découverte, je vous propose ce menu à thème russe…

 comment-reussir-menu-russe

Pour l’apéritif

Commencez le repas par une dégustation de vodkas pas trop connues en France, en toute petite quantité sinon la soirée risque de s’arrêter là 🙂

Sinon, réalisez un Russe blanc :
– remplissez un verre bas (type verre à eau ou à whisky) avec de la glace

– versez 3 cl de de vodka
– ajoutez 1,5cl de Kahlua
– ajoutez 3 cl de crème liquide
– mélangez et décorez avec des copeaux de chocolat

Accompagnez tout cela de belyachi, des petits pains fourrés à viande :

belyachi-2

En entrée

Si vous souhaitez réaliser un grand classique, vous pouvez vous essayer aux pierogi russes. Ce sont de petits raviolis qu’on picore sans fin à l’apéritif, et on peut les décliner en plein de parfums différents.

Pierogi
Photo par futureshape @Flickr

En plat

Essayez des boulettes russes au riz : elles devraient remplir les estomacs affamés. Pour les encore plus affamés à tendance « trou sans fond », le kournik sera parfait : un cake énorme, rempli de champignons, œufs et poulet. Enfin, le poulet à la kiev est une alternative plus légère, que vous pourrez servir avec des champignons. De mon côté, j’ai testé le boeuf stroganov, un plat de pâtes au bœuf simple à réaliser et franchement délicieux!

boeuf-stroganov

En dessert

Je vous recommande un joli gâteau aux cranberries ou encore un medovik, bombe calorique aux noix, miel et confiture de lait qui est un véritable régal…

Si vous préférez sortir

A ma connaissance il n’y a qu’une adresse russe a Lille, mais la bonne nouvelle c’est qu’elle est bonne et pas très chère… Que demander de plus?

Baba Yaga // 261 rue Solférino à Lille

Cette petite adresse qui ne paye pas de mine propose une cuisine traditionnelle russe et ukrainienne, simple et savoureuse!

La box de février

A peine le mois de février entamé, que la box Eat your Box est arrivée. Si j’adore toujours le plaisir de la découverte, j’avoue que cette box m’a un peu déçue par rapport aux précédentes : produis et marques que je connaissais déjà, produits peu différents par rapport aux box précédentes, et un peu « accessoires » : pas vraiment de produit qui m’inspire une recette à lui tout seul.
box-fevrier2
L’accessoire m’a bien plu par contre, des petits moules en forme de cœur qui tombent bien sûr à pic pour la St Valentin.
Enfin, un reproche que je fais souvent à ces box est la dominante trop forte de produits sucrés : j’aime faire de la pâtisserie mais je ne suis pas foncièrement un bec sucré. Une répartition 50/50 entre produits salés et sucrés me conviendrait mieux.
La box contient :
– une préparation pour brioche au chocolat Francine : belle-maman nous a offert une machine à pains de compétition en début d’année pour fêter notre emménagement et jusqu’à maintenant je n’ai testé que des brioches nature, ca sera l’occasion de découvrir une variante
– du lait de coco : un classique aux utilisations nombreuses
– du colorant rose carmin : dommage que je le reçoive après avoir fabriqué mon pain à burger rose.   box-fevrier
 
– du thé vert mangue et litchi
– des moules en forme de cœur
-une couronne ( qui arrive un peu tard pour la galette!)
-des cœurs en sucre
– du coulis de spéculoos
box-fevrier4
Bref vous l’aurez compris, des produits fortement orientés sur les fêtes du moment : le nouvel an chinois et la Saint Valentin.
box-fevrier3

Spécialité d’Auvergne : la truffade

Quand mon homme a entendu parler au détour d’une conversation  de la truffade, il m’a immédiatement envoyé un message pour me demander de tester ce plat sur mon blog. J’ai d’abord été trompée par le nom de cette recette et j’ai été tentée de lui demander s’il croyait que j’avais un amant assez riche pour payer les truffes, mais après quelques vérifications, j’ai découvert que la truffade était un plat riche certes, mais pas un plat de riches.
Il m’a suffi de regarder quelques secondes les photos de fromage dégoulinant pour savoir que je serais conquise par cette recette. 
Parce que c’est ça, la truffade : du fromage dégoulinant sur des patates. Cette petite bombe calorique est à l’Auvergne ce que la tartiflette est à la Savoie : un emblème gastronomique qui tient vachement au corps.
truffade4


Comme toute recette (presque) vieille comme le monde, il y a autant de variantes que de personnes qui l’ont testée, mais j’ai essayé de compiler une version simple et qui satisfasse à peu près tout le monde. Certains utilisent du Salers, d’autres de la Tomme de cantal, d’autres enfin du Cantal tout court. Parfois on y ajoute du lard, parfois pas. L’ail, on en met souvent, sauf dans la région du Cantal ou on préfère sans…
Finalement, le seul ingrédient qui fasse l’unanimité c’est la pomme de terre, mais certains la coupent en rondelles, d’autres en cubes.

Bref vous l’aurez compris, j’aurai certainement tout faux dans ma recette pour une partie non négligeable des auvergnats, mais j’aurai au moins tout bon sur un élément : le goût.

Pour le fromage, j’ai porté mon choix sur le Cantal, non pas que je juge ce fromage meilleur que les autres, mais c’est le plus facile à trouver quand on ne vit pas en Auvergne.

Je n’ai pas mis de lardons car j’avais peur que le plat finisse par trop ressembler à une tartiflette, et j’ai mis une petite touche d’ail, juste parce que j’adore ça. Laissez moi vous dire que le résultat vaut le détour!

Cette recette conviendra parfaitement aux régimes végétariens et sans gluten (sans les mouillettes d’accompagnement).

 truffade2

Truffade auvergnate

Pour 4 personnes

  • 800 g de pommes de terre
  • 400 g de cantal entre deux
  • 1 gousse d’ail
  • 75 g de beurre
  • Sel, poivre

truffade

Dans une marmite, mélangez les pommes de terre préalablement coupées en tranches fines avec le beurre, l’ail haché et une pointe de sel.

Faites revenir à feu vif  pour 5-10 min puis baissez sur feu doux et laissez à couvert 25 à 30 minutes.

Quand les pommes de terre sont presque cuites, posez dessus la tomme coupée en fines tranches. Couvrez et laissez mijoter 10 à 15 minutes sans mélanger.
Remuez ensuite la truffade jusqu’à l’obtention de filaments, tout en écrasant grossièrement les pommes de terre pour garder de gros morceaux.
Salez et poivrez à votre goût et mangez avant que ça prenne!

truffade3

Mouillettes au sésame

Pour 4 mouillettes
  • 1 galette de blé
  • un peu de beurre mou
  • 1 c. à c. de graines de sésame
  • Sel, poivre
Coupez les bords de la galette pour qu’elle forme un grand carré. Tartinez la galette de blé. Tranchez-la en 4 mouillettes identiques.
Saupoudrez de graines de sésame, salez, poivrez.

Spécialité du Pays de Galles : Welsch rarebit

Le Welsch est un de mes péchés mignons, et serait dans mon top 10 des plats dont je pourrais me gaver jusqu’à mourir. C’est aussi une institution de la nuit lilloise, qu’on mange généralement ivre mort quand on a un petit creux après une soirée.

  IMG_0879

Néanmoins quand je suis tombée sur un magnifique cheddar fermier (même pas jaune!) en faisant mes courses, je n’ai pu résister à le préparer maison. C’est très simple et rapide, à servir avec des frites et une bonne bière d’Abbaye.

Pour réussir le Welsch, la première chose est de disposer d’assiettes qui vont au four, ou de plats individuels : il faut manger le Welsch à même le plat : si vous le serviez dans une assiette, il figerait instantanément au contact du plat froid.
Ensuite, il vous faut du vrai cheddar, c’est à dire en un seul bloc, surtout pas de cheddar pré découpé en tranchettes.
Au niveau du pain, l’idéal est un pain complet, qui a du goût et se tient bien à la cuisson.
Enfin lors de la cuisson à la poêle le fromage ne doit jamais bouillir, sinon il partir en petits grains et sera limite inmangeable.
IMG_0878

Welsch Rarebit

Pour 2 personnes

  • 400 g de cheddar
  • 2 tranches de pain complet
  • 2 tranches de jambon blanc
  • 1 c. à c. de moutarde
  • 8 cl de bière blonde
  • 2 œufs

Préchauffez le four à 180°C. Disposez les tartines dans les assiettes qui vont au four, avec une tranche de jambon sur chaque tartine. Coupez le cheddar en petit cubes. Faites fondre le cheddar dans une poêle sur feu très doux, sans cesser de remuer avec une cuillère en bois. Le fromage va d’abord faire des fils, puis quand la consistance sera plus fluide et homogène, ajoutez la bière.Le mélange va mousser, tout va bien…Continuez de remuer jusqu’à ce que la bière et le fromage soient bien mélangés.

Ajoutez la moutarde, mélangez, puis versez immédiatement dans  les 2 plats, et enfournez pour faire dorer et réchauffer les assiettes pendant 5 minutes environ.Pendant ce temps, préparez les œufs au plat.Sortez les assiettes du four. (Attention elles sont brûlantes, ne les posez pas directement sur votre table dans mettre un dessous de plat en dessous, et ne les prenez pas à pleines mains…)Disposez un œuf sur chaque plat, et dégustez immédiatement, avec une bière d’abbaye blonde (il faut bien finir la bouteille entamée pour la recette)!Vous pouvez ajouter quelques gouttes de Worcesterchire sauce au dessus du plat si vous aimez ça.

IMG_0872
Source
http://m.marmiton.org/recettes/recette_welsh-rarebit-anglais_41793.aspx